tpl borderline Index du Forum tpl borderline
Pour ceux qui veulent savoir, se comprendre ou comprendre un proche atteint du trouble de la personnalité limite... bienvenu dans mon enfer.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Votre expérience, comment vous faite ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> conjoint -> Entraide pour conjoint de borderline
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 31 Jan - 21:34 (2017)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ? Répondre en citant

Bonjours aux conjoints et amoureux (amoureuses) de personnes souffrant de TPL. 
Vos expériences et questionnements sont importants, car ils peuvent guider des gens en difficulté sur les bons gestes à poser.
Ils peuvent aussi faire prendre conscience aux TPL qui sont aimés de la réalité des sentiments qui leurs sont donnés. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 31 Jan - 21:34 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sistina


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2014
Messages: 2
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 25 Juin - 19:42 (2017)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ? Répondre en citant

Bonjour Nyx  Smile  et bonjour à tout le monde.


J'ai découvert cette rubrique et j'ai vraiment eu l'envie d'y partager un petit morceau de moi. Alors je vais écrire.


Il est très difficile pour moi de parler de cette relation avec le commun des mortels, car j'ai le sentiment qu'elle est beaucoup trop complexe pour être appréhendée en dehors du cadre, disons au-delà de ce que l'on qualifie de "norme", et des apparences. Car si l'on se base sur les apparences et la dite norme, on me dira rapidement que je suis naïve de ne pas comprendre à quel point cet homme n'est pas intéressé. Je ne le crois pas un seul instant.
Pour résumer très grossièrement cette relation, ou plutôt ce lien très fort contenu dans une absence de relation, j'ai rencontré celui que j'aime il y a une dizaine d'années et ai vécu avec lui une histoire qui se décompose en trois temps: un yoyo très passionné de 3 ans (qui s'est terminé par un épisode de violence physique) - une rupture totale de 5 ans à la suite de cet épisode - et des retrouvailles des plus merveilleuses, il y a 3 ans, depuis lesquelles malheureusement il s'est figé à l'état de "mur". On ne se voit donc quasiment jamais. Mais quand on se voit, il va faire preuve d'une grande tendresse qu'il n'avait pas avant, et il va aussi beaucoup se livrer sur lui, me parler de lui. Il me fait me sentir unique à ses yeux, même s'il ne fait rien et qu'on se voit jamais. Etrange paradoxe que celui-ci, je sais. Ce que j'ai gagné en positif depuis ces retrouvailles, je l'ai donc perdu de l'autre côté en me confrontant à un mur opaque. Sans prévenir, comme ça, des semaines, des mois à disparaître. Sans réponse, juste disparaître. Je pourrais avoir besoin de lui à ce moment-là que même pas il serait là. Et quand je demande de ses nouvelles à des amis je constate qu'ils me disent la même chose. On sait pas ce qu'il fait. Ca a été la fois de trop cet hiver, je lui ai donc expliqué par messages que j'avais des choses à régler de mon côté, que je sentais que moi aussi j'avais mes problématiques sur lesquelles travailler, que j'avais besoin d'attention, de repères, que je voulais dépasser mes peurs et construire quelque chose. Et que s'il me voulait, il devrait apprendre à me parler et évoluer aussi parce que moi ceci ne me satisfaisait plus et que c'était ça ou rien ! Que je ne le rayais pas de ma vie mais que j'avais besoin de me trouver avant. 


En gros cet hiver ce schéma est vraiment venu toucher mes limites et j'en ai eu marre, vraiment marre. Une prise de conscience.
Je précise qu'il n'est pas suivi donc il n'a aucun diagnostic, mais l'accumulation d'un certain nombre de caractéristiques qui n'ont de cesse de le faire souffrir et une réelle propension à tester les limites (y compris celle de la loi) me font penser que je ne suis peut-être pas dans le faux si j'ose émettre cette hypothèse de TPL. Il se dit instable, avec des troubles du comportement. Ce sont ses propres mots. Je pense vraiment que tout cela se tient, même si je reste prudente avec les étiquettes, les diagnostics. Il ne ressemble à personne, il est unique. J'aime ça chez lui, en dehors de toute catégorisation. 


Ce qu'il est important de noter dans ce type de relation où l'un des deux est TPL, c'est que dans une relation on est toujours deux, et que l'un et l'autre alimentent le schéma de cette relation par leurs propres fonctionnements et comportements. Ca peut être inconscient mais c'est à mon sens véridique. Ok le borderline a un fonctionnement dit pathologique, mais le conjoint/l'amoureux est là pour une raison, quelque chose l'a poussé dans cette relation et l'a poussé à y rester. C'est une question d'amour mais pas que, ce sont des systèmes inconscients qui s'imbriquent. Il faut chercher ce que cette relation vient provoquer en soi des deux côtés, ne pas penser qu'elle repose uniquement sur le bon vouloir du trouble. 
Pour ma part j'ai compris quelque chose d'important autour de ma prise de conscience. J'ai toujours su que j'avais une peur de l'engagement en couple sans savoir pourquoi précisément et d'où elle venait. Je ressens juste un sentiment de malaise profond quand je sens qu'une relation se concrétise un peu. Mais comme c'est rare qu'elle se concrétise, ma peur ne s'active généralement pas. Pendant tout ce temps j'ai cru que le problème venait uniquement de lui, je cherchais des moyens pour contourner ses problématiques car je pensais que tout était dû au TPL. Ca m'empêchait de regarder en moi ce qui merdait. Bon certes il a clairement des patterns problématiques, mais j'ai aussi ma part dans tout cela.
Et cet hiver, après 10 ans, j'ai compris ! J'ai peur de recevoir, accueillir l'amour de l'autre. Je sais donner sans problème, mais accueillir sur la durée m'angoisse terriblement. Je ne sais pas ce que c'est. Sans le vouloir je crois que je dégage quelque chose de très insécurisant autour de cela, me sentant moi-même naturellement insécurisée. Lui, j'ai le sentiment qu'il apprécie ce que je peux donner mais il a un mal de chien à donner de lui, à s'ouvrir. C'est un emboîtement parfait. Voilà le mécanisme qui a permis à cette relation d'éclore et d'éclore et d'éclore toujours, sans jamais se construire. Par peur de la perte, aucun de nous deux n'a réussi à se laisser porter par cette relation. Pourtant lorsque l'on est l'un avec l'autre c'est comme une évidence et c'est très intense, ça pourrait être simple et pourtant c'est très loin de l'être. 


Il m'est difficile de lâcher prise, laisser de côté cette histoire pour avancer réellement même si c'est ce que je voudrais, parce que je sais qu'il peut me surprendre et que le lien est là. Il suffit de nous revoir par hasard ou au cours d'une soirée entre amis pour le ressentir. Il n'y a plus que les regards qui parlent. Il m'est évident que cette relation va reprendre son cours pour évoluer comme il m'est évident qu'elle ne pourra jamais se faire si on n'évolue pas. C'est très étrange cette dualité. Je ne la réduis pas à ce qu'on appelle "une relation toxique" mais à une relation qui vient chercher les points d'ombres et de lumière, pour travailler et grandir soi-même. Mais il faut aussi se respecter quand on sent que nos limites sont touchées. J'ai entrevu toute la belle lumière de cet homme, celle qu'il ne soupçonne même pas. J'ai confiance en son potentiel et en ses ressources, je le lui ai dit et je le pense vraiment. J'espère lui avoir apporté de magnifiques moments d'Amour qu'il a pu ressentir dans toute leur authenticité et qu'il ne m'oubliera pas car moi je sais que je ne l'oublierai jamais. C'est ancré en moi.


Affaire à suivre (si suite il y a).


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Jeu 6 Juil - 20:04 (2017)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ? Répondre en citant

Salut Sistina Sad  


J'ai passé 30 années a vouloir trouver dans ma relation de couple l'amour dont j'avais besoin... croire et se nourrir d'espoir est chez moi une deuxième nature, je n'abandonne pas facilement. Mais cette relation que j'ai entretenu durant tant d'années s'est effondrée en une phrase qui a soulevé une réalité non dite que je ne voulais pas voir. Je me suis congé le nez sur un mur durant toute ma vie et le constat de ce choix est que j'ai laissé passer mon bonheur au lieu de le saisir et de vivre ma vie. Je ne regrette pas cette relation, elle est une femme remplie de qualités et nous avions beaucoup d'intérêts commun. Elle avait une problématique avec la notion d'être désirée qui la mettait en mode défensif (avec tous les hommes dans sa vie). Je n'ai jamais sut pourquoi, elle n'a jamais rien fait pour changer cette dynamique, c'était au autres de s'adapter à cette froideur dans les contacts, à cette incapacité à se donner ou se laisser aller. J'ai davantage été un accompagnateur, un colocataire, qu'un amant ou un conjoint. Le borderline dans l'histoire n'est pas elle... c'est moi. Étrange de voir que la normalité à quelques fois de plus lourds problèmes que ceux que l'on dit malade Smile  


Elle m'a quitté, avec des mots elle a tout dévoilé de l'impossibilité de continuer cette relation. Elle m'a condamner dans le plus grand mépris de cet amour qu'elle aimait de moi, un amour tout ou rien dans lequel rien n'existe pas... n'est pas une option. Bien sûr, j'ai un trouble de l'attachement qui fait que je veux, que j'essaie, même quand c'est impossible. Je ne sais pas abandonner ni lâcher prise. Mais quand les choses sont claires il y a le côté rationnel qui prend le dessus sur les sentiments. Il n'en reste pas moins que les gens qui entrent dans ma vie n'en ressortent jamais. C'est sans doute ma façon de tromper la solitude, cette solitude d'être toujours seul même en couple ou quand nous sommes entourés. On est toujours seul, seul à ressentir, seul dans sa blessure, seul dans sa joie ou son plaisir... on a quelques fois la chance de partager ces moments avec d'autres, mais dans le ressenti on reste toujours seul. 


Ma première petite copine, mon premier amour, j'avais 8 ans. Elle s'appelait Myriam, une petite voisine de mon âge, orpheline qui rêvait de travailler en génétique pour retrouver ses parents biologiques. Elle m'a quitté au pire moment de ma vie, quand j'avais besoin d'aide parce que mon père essayait de me tuer et que ma mère se servait de moi comme d'une poupée pour jouer ou comme bouclier humain pour se protéger et continuer à regarder sa vie en rose. Myriam à 12 ans ne pouvait pas digérer ma réalité familiale qui montrait un portrait autre que ses rêves d'enfant d'avoir de vrais parents. J'ai gardé durant 42 ans un poisson en papier tressé qu'elle m'avait fait, j'ai souvent pensé à elle durant ces années... je ne l'ai jamais recroisé (ou reconnu). J'ai su cette année qu'elle était morte d'un cancer à 42 ans, il y a 8 ans, et qu'elle était enterrée dans le cimetière au bout de ma rue. Elle est le seul souvenir d'enfance que j'ai qui ne soit pas de l'ordre du traumatisme, qui ne soit pas une démonstration de violence contre ma vie. Mais elle est l'abandon que je n'ai jamais été en mesure de traverser faute de vivre en enfer, dans un monde sans amour dans lequel l'image compte plus que d'être. 


Ma vie n'a jamais eut d'importance, elle n'a été que douleur et je sais que ma mort ne sera pas accidentelle, c'est une fin que j'ai repoussé à chaque jour en me disant que demain était un autre jour, que demain n'existe pas encore et que je n'ai qu'a attendre 24h de plus pour y arriver. Quand j'ai rencontré celle avec qui j'ai passé 30 années j'allais me tuer, mes plans étaient faits et la date de ma fin choisie. Je devais donc ma vie à cette femme qui ne pouvait pas m'aimer, me toucher, me désirer... simplement parce que par elle j'existais un peu, je respirais à travers elle sans démontrer de comportement de dépendance du fait que mes pensées suicidaires ne m'ont jamais quitté. Je n'étais pas heureux, je ne savais pas ce que voulait dire être heureux. C'était le partage de nos vies dans ce qui fonctionnait en essayant de s'aveugler devant ce qui ne fonctionne pas. Je voulais croire que les problèmes pouvaient être corrigés, qu'il y avait de l'espoir que je puisse me sentir un jour aimé. Elle reste dans ma vie, comme Myriam, pour toujours... Elle est un moment de ma vie qui compte, qui est significatif. Elle m'a quitté, mais c'est elle qui étrangement s'est retrouvée le plus blessé de la chose, avec de comportements de disjonctée remplis de contradictions. 


12h après qu'elle m'ait quitté, une femme de 28 ans m'a faite une déclaration d'amour impossible à refuser. Je me suis dit "pourquoi pas... je n'ai rien à perdre..." Je me suis fait piéger comme un con, après 3 jours je ne comprenais plus rien de ce qui se passait, elle était tout ce que j'attendais depuis toujours... brillante, mature, savante, remplie de talents et de passions qui lui donnait la capacité de nourrir mon esprit et mon coeur, elle m'aimait à m'en faire oublier ma vie entière... et pour la première fois j'ai ressenti le bonheur. Le moment n'était pas bon, le contexte toxique autour de nous. Mon ex des 30 années débarquait chez moi comme une folle pour l'accuser de tout, de lui avoir volée l'homme de sa vie (???). J'ai traversé malgré tout 7 mois de bonheur avec cette muse de 28 ans, 7 mois sans aucune pensée suicidaire. Elle était borderline elle aussi... et après 7 mois elle m'a quitté en me disant que j'étais la meilleure personne qu'elle avait rencontré dans sa vie (???). 


Elle m'a désintégré, éliminé de sa vie comme si je n'avait jamais existé. Notre histoire a commencée il y a exactement un an. Je commence à peine à survivre à cette rupture. Du paradis je suis retombé dans les catacombes de mon enfer et mes pensées suicidaires. Mais cette fois, demain est un autre jour ne fonctionne pas... je n'ai plus d'outils pour me faire tenir 24h. L'oublier est impossible, c'est le seul moment de bonheur dans ma vie. Elle avait tout d'une muse pour m'inspirer et me perdre dans le sublîme de sa beauté à chaque regard croisé. C'était elle que je devais rencontrer il y a 30 ans, mais elle n'existait pas. Le temps m'a fait naître au mauvais moment, c'est injuste. 


Il y a 4 mois que je suis avec une autre fille de 29 ans qui est aussi borderline.... Looooooolllll  (elle aussi est venue me chercher... je n'y comprends rien, ce n'était jamais arrivé avant). Si je survie à ma détresse c'est en raison de sa présence. Mais encore une fois, c'est un mauvais début pour commencer une histoire. C'est un peu à l'image de celle avec qui j'ai passé 30 années, un amour qui se construit dans le temps, lentement. On s'attache, on construit, on partage, on se fait du bien, on avance. Ça aussi c'est de l'amour, ça aussi c'est aimer l'autre, c'est sincère et authentique. La différence c'est que ce n'est pas 100% dans le ressenti et l'émotivité de l'amour à en perdre la tête, à en perdre sa vie, à se briser en poussières impossibles à recoller. C'est aimer plus sagement, avec une considération de ses limites et de sa fragilité. 


Donc ton propos "C'est ancré en moi.... je ne l'oublierai jamais..." je comprends très bien et je connais cette façon d'être. Mais pourquoi faire tant d'effort pour être avec des gens qui nous veulent pas alors qu'il y en a qui nous veulent et à qui on devrait laisser une chance, se laisser aussi à soi la chance de vivre autre chose de plus paisible, plus doux et plus constructif ? Je ne sais pas ce que demain va m'apporter, il parait que deux borderlines en couple ne peuvent que se détruire... selon les spécialistes. Ça ne va pas mal du tout pour l'instant Smile mais personne ne connaît l'avenir. Je peux juste anticiper que ma relation a une fin prévisible en raison de la différence d'âge, mais le moment présent est ce qui doit me nourrir. L'espoir et les rêves me tuent à chaque fois, et me font plus de mal que de bien au final. 


Revenir en haut
Sistina


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2014
Messages: 2
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 12 Juil - 16:03 (2017)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ? Répondre en citant

Salut Nyx.


Même si je n'écris pas souvent sur ton blog je le parcours régulièrement. J'ai vu en effet sur une autre section ce qui s'était passé avec cette jeune femme dont tu parles. Je suis vraiment désolée pour ce que tu endures.


Je n'arrive pas à comprendre ce type d'histoires, pourquoi vivre cela. Je ne revendique pas l'existence du destin mais j'ai tellement de questionnements autour des relations les plus significatives d'une vie. Pourquoi ça arrive ? Quel est le sens ? Est-ce un hasard ou non ? C'est quoi le but ? Pourquoi ressentir ce tourbillon émotionnel indescriptible (et réciproque, en plus) si ça nous est retiré ensuite ? Je n'ai pas de réponse certaine, tout n'est que vague supposition et donc ça reste une foutue énigme pour moi. Une énigme existentielle vraiment.
Je me retrouve dans tes propos, quand tu dis qu'espérer et ne jamais abandonner sont comme une seconde nature. Néanmoins dans mon cas, quand je sens que l'autre en face de moi disparait, j'ai beaucoup de mal à éclaircir la situation dans l'immédiat. J'adopte plus ou moins la même attitude, je peine à communiquer. Je sens qu'il disparait, alors je me fais petite aussi, et j'y reviens des semaines plus tard, l'air de rien. C'est un comportement qui a été très tenace chez moi mais je suis en bonne voie actuellement pour le désactiver. Quel comportement as-tu adopté face à la disparition soudaine de cette jeune femme dans ta vie ? As-tu insisté et insisté pour comprendre ? As-tu essayé d'aller la trouver à un endroit où tu savais que tu allais peut-être la voir ? Ou as-tu tout de suite respecté son besoin de distance ?  Ne te sens bien sûr pas obligé de répondre à mes questions si tu n'en as pas l'envie, mais je me pose vraiment beaucoup de questions face à ce type de revirements, ce qui peut se passer à l'intérieur de la personne pour qu'elle réagisse comme cela et qu'elle maintienne le silence radio total, même si je pense qu'il y a autant de raisons que de gens. Le problème c'est quand c'est soudain et qu'il n'y a plus moyen de dialoguer ensuite. Le contact est rompu. Je sais tellement pas quoi penser de tout ça !
Tu as raison quand tu dis qu'on passe à côté de belles choses quand on fait tant d'efforts pour être avec des personnes qui ne nous veulent pas. Dans les faits oui c'est bien cela. Le souci c'est que lorsque l'on sait que la personne n'a pas fait ça nécessairement par manque d'amour mais en raison de difficultés, je trouve que ça complique beaucoup le processus du deuil. Néanmoins là moi je me tiens aux faits, je me dis qu'il n'a pas souhaité attrapper l'occasion que je lui ai tendue et que c'est son problème. Moi j'avance. Je n'attends plus. 
C'est bien si cette femme que tu vois actuellement te permet de tenir un peu. Tu parles de relation saine qui se construit doucement, où on s'attache sans forcément ressentir ces émotions extrêmes. Je ne suis pas certaine d'y arriver un jour, sur le plan amoureux je ne fonctionne que sur le mode émotionnel extrême. Si c'est juste bien sans être BEAU ça ne me stimule pas. Je n'ai pratiquement jamais de relations, les seules que je veux vivre sont celles qui me font chavirer, du moins celles que je crois vouloir et pouvoir vivre.



Bien à toi, Nyx.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 12 Juil - 23:24 (2017)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ? Répondre en citant

J'ai respecté sa demande et son besoin de couper le contact. Je n'ai jamais essayé de la recroiser ou d'aller dans des lieux où elle pourrait être. C'est un enfer pour moi que de ne pas essayer, et la revoir serait sans doute l'équivalent d'une condamnation à mort... je ne sais pas si j'y survivrais car mes blessures sont vives et toujours envahissantes (elle est une obsession, c'est ma muse). Il m'a fallut beaucoup de temps pour me trouver des raisons, une compréhension du pourquoi de cette fin, avec du recul et beaucoup de retour sur chaque moment, chaque parole. Je sais qu'elle m'aimait quand elle m'a quitté, même si elle disait le contraire. Elle m'a quitté en me disant que j'étais la meilleure personne qu'elle avait rencontré dans sa vie (c'est la deuxième à me faire ce coup là... l'autre j'étais l'homme de sa vie, mais elle ne me voulait pas). Elle avait peur de l'engagement, ses relations ne durait jamais plus de 3 mois qu'elle me disait... et ce dès le début de notre relation... et j'ai passé 7 mois avec elle. Il y a plein de petits malentendus qui faute d'être discutés et abordés ont été mal interprétés. Bref, c'est un ensemble de petites choses sans signification et d'incompréhension. J'étais bien avec elle, je voulais l'appuyer, elle croyait que j'avais des attentes. Elle avait si peur du jugement des autres que la différence d'âge et la peur d'entendre des commentaires sur ça la terrifiait.... Elle a fini par choisir sa peur au lieu de moi Sad Elle ne croyait pas en elle, ses capacités et possibilités... pourtant je n'ai jamais rencontré quelqu'un ayant autant de diversité, de potentiel et de talent.

Pour survivre à cette rupture je me suis plongé dans l'écriture, des pages les unes à la suite des autres... c'est sans fin. Des poèmes, des textes que je ne saurais décrire qui ne sont ni roman ni biographie... juste des émotions couchées sur du papier. Je vais mieux en ce sens que je pleure moins souvent, pas tous les jours comme c'était le cas depuis décembre... mais je crois que mes larmes vont continuer à couler par dedans encore très longtemps. Je ne sais pas si tu connais cette impression que la vie t'a volée quelque chose, quelque chose qui était comme le destin, une chose qui se doit d'exister envers et contre tout même si toutes les routes mènent ailleurs que dans cette direction, quand le bonheur dans ta vie, celui que l'on cherche sans savoir où il se cache se montre soudainement au moment où on s'y attend le moins, quand on y croit plus, et que c'est tellement évident comme le soleil au milieu du ciel que c'est ce que tu aurais dû trouver et vivre il y a trop d'années avant, trop de temps passé. C'est comme le temps qui s'acharne à rendre impossible le chemin sur lequel on marche, en créant des écarts pour rendre les choses compliquées... C'est le sentiment d'être né au mauvais moment, pas dans le bon temps, pour que la vie soit douce et bonne dans l'amour. Il y a des choses comme ça qui sont ratées d'avance sans qu'on ait aucune façon d'y palier. Cette fin de relation c'est comme si mon amoureuse était morte soudainement dans un accident de voiture, quand du jour au lendemain tout les rêves s'effondrent, les projets s'évaporent, la douceur de la vie se brise dans le vide qui prend place nous laissant dans la plus grande impuissance à changer le cours de l'histoire pour qu'elle se passe autrement. On veut crier à l'injustice, supplier pour une deuxième chance... mais au même titre que la mort, l'amour reste indifférent quand on cherche à en forcer l'entrée ou que comme un mendiant on le quémande... il n'y a rien à faire, chacun est toujours libre de ses choix. L'amour est un cadeau que l'on donne quand on a la possibilité de donner.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:45 (2018)    Sujet du message: Votre expérience, comment vous faite ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> conjoint -> Entraide pour conjoint de borderline Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com