tpl borderline Index du Forum tpl borderline
Pour ceux qui veulent savoir, se comprendre ou comprendre un proche atteint du trouble de la personnalité limite... bienvenu dans mon enfer.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Moi adulte

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> Parent -> Mes parents
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 12 Juil - 17:47 (2013)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

 
Ma relation avec ma famille en temps qu'adulte.J'ai eu une relation correct avec ma famille en temps qu'adulte autonome et indépendant. Rien ne laissait voir qu'il y avait un problème. Mes relations n'étaient pas de type "famille", mais plutôt du genre amicale. Faire la paix, passer outre les blessures pour essayer de vivre normalement et en contrôle.
Je suis né de moi par moi. Je n'ai pas de parents, pas d'origine. C'est ingérable... Il n'y a pas de retour possible. Je suis perdu, je ne sais pas qui je suis. C'est une équation impossible. Comme vous qui coyez en Dieu, moi je ne crois qu'en moi. 

Personne ne me connaît, même pas ma famille élargie. On juge mes propos sans comprendre. On me colle des étiquettes sur le dos qui n'ont rien à voir avec ma pensée. Comme toujours personne ne comprend, personne ne sait. On interprète mes paroles sans en vérifier le sens, comme si j'étais commun, un citoyen dans la Cité...

Je me fais coller des étiquettes de racistes, parce que j'ose dire qu'il y a des criss de chinois, des criss de nègres, des criss de blancs, des criss d'humains... Je me fais coller des étiquettes d'homophobes parce que j'ose dire qu'il y a des criss de fifes...
Je ne vais pas m'excuser de dénoncer une réalité... Des criss, il y en a de toutes sortes. Surtout des criss d'humains.
Il y a des criss de parents, des criss de policiers, des criss de juges, des criss de profs, des criss d'avocats, des criss de boss, des criss de toutes sortes... La société est malade parce qu'elle est composée en grande majorité de "criss" d'inconscients.

Ce n'est ni la couleur de cheveux, ni la couleur de peau, ni le sexe de la personne, ni son orientation sexuelle, qui font d'une personne un "criss"... c'est son attitude devant les autres. Alors non, je ne suis pas raciste... ni homophobe. Je ne juge pas les gens sur leur image, sur ce qu'ils choisissent pour eux. Je juge leur conscience, leur respect devant la vie d'autrui, leur capacité à accepter la différence, leurs limites et leur conformisme.

Mon père n'a jamais essayé et prétendu en être un, donc ma relation avec lui était plus simple, moins problématique. Il y avait un respect mutuel entre adultes qui nous a permis de se voir occasionnellement pour prendre du plaisir dans des activités, soupers, etc... Avec le temps, ses difficultés de santé (cancer à répétition), il avait changé. Il était devenu moins agressif. Avoir peur de mourir ça change une personne et ses comportements. Ça donne une conscience.

Ma mère a toujours eut des propos irritants devant moi. Elle a toujours essayé de jouer à la mère avec moi sans être en mesure de faire preuve de crédibilité. Ses propos, ses idées, ne cardent jamais avec ses gestes. Elle dit des choses du genre : Il faut se lever pour intervenir, mettre fin aux aberrations de la bêtise humaine, même si c'est au péril de sa vie... Mais de l'autre côté, elle me conseillait de fuir devant la difficulté et les problèmes... comme elle, au lieu de me battre.
J'ai quand même longtemps fait la paix avec elle. J'ai eut une relation correcte avec elle, de beau soupers, de belles sorties.
J'ai fait la paix avec tout le monde pour trouver la paix en moi.

"Je suis ta mère... Je t'aime." Chaque fois que je l'ai entendu dire ça, je devenais mauvais en dedans et je me disais à moi-même qu'elle n'avait aucune idée comme elle ne l'était pas. À mes yeux, elle était seulement une amie, une fréquentation agréable. Je n'ai aucun sentiment filiale avec elle, ni mon père, ni ma soeur... je ne sais pas ce que veut dire avoir une famille. Ce que j'ai eut ce n'est pas ça. Les autres familles autours de moi, ce n'est pas comme ça. Je n'ai aucun besoin de m'identifier dans ce genre de chose. J'échange avec des gens. Si c'est problématique... je ne les vois plus. Si c'est conflictuel, j'ai tout intérêt à ne pas rester là... pour ne pas détruire mentalement celui qui me confronte.

J'ai perdu un oncle que j'admirais vraiment beaucoup. Durant toute mon enfance, je rêvais qu'il soit mon père, j'aimais ce qu'il était, je trouvais ses enfants chanceux de l'avoir. Les épreuves de sa vie l'on transformé en quelque chose d'acide qui cherche des problèmes où il n'y en a pas, il me provoque et s'attend que j'ai une conscience "standard" conforme à la sienne... que je m'excuse d'avoir appris à son fils à conduire dans un stationnement vide, parce qu'il est aveugle. Il n'y a aucune conséquence... donc aucune raison que je m'excuse d'avoir permi à quelqu'un de vivre une expérience qu'il ne vivera jamais plus. Il sait, c'est bien. Je ne m'excuse pas ça. 

Dans les soupers de famille du temps des fêtes, c'était toujours problématique. Les couples séparés ça fait des gens frustrés qui ne pensent pas bien, tout croche. Dans la famille de l'un, j'étais l'enfant de l'ennemi... l'autre. Dans la famille de l'autre, j'étais l'enfant de l'ennemi, l'un. On m'associait à tord à un nom de famille, à une génétique, à une image physique de ressemblance avec mon père, et aux problèmes de dysfonctionnement de ma mère.
D'un côté on me jugeait agressif et révolté, de l'autre on me jugeait mou et rêveur. C'est moi le fou.
Je ne sais pas pourquoi ma famille élargie a toujours voulu me mettre des étiquettes sur le dos au lieu de me regarder et me considérer pour ce que je suis et non ce par quoi j'ai été mis au monde. Bref, j'ai toujours été en présence de gens qui dans leur aveuglement n'ont regardé que ce qu'ils voulaient voir, pas moi.

Devant les tentatives répétés d'abus de ma mère à mon égar en temps qu'adulte, j'ai souvent fait des mises au points pour qu'elle comprenne qu'elle n'avait aucun droit d'attendre de moi ce qu'elle demandait... la faire vivre sur mon dos.
Devant le déballage des abus de mon enfance et ses comportements criminels, elle pleurait et se fondait en excuses, disant qu'elle regrettait, qu'elle comprennait. Je croyais qu'elle comprennais... Mais non ! Elle recommençait toujours... et la roue tournait.

Un jour, elle m'a fait une proposition d'affaire (pour m'aider selon elle). Comme elle travaillait peu, elle n'avait pas réussit à mettre de l'argent de côté pour sa retraite. Elle voulait acheter un immeuble à revenus, mais n'avait pas le désir de s'en occuper. Elle m'a donc proposé de m'occuper de l'entretien et des locataires en échange d'un pourcentage lors de la vente.

Elle n'a respecté aucun de ses engagements, aucune de ses promesses. Elle devait payer les matériaux, moi être la main-d'oeuvre... J'ai payé les matériaux en plus de faire les travaux. Elle avait transférée la balance de son hypothèque de sa maison personnelle sur le bloc, ce qui a rendu le bloc déficitaire et les revenus de location ne couvraient plus le montant mensuel à payer. C'est donc moi qui s'est retrouvé à couvrir la différence, donc moi qui ai fini de payer SA maison.
J'ai payé des impôts sur ses revenus de locations durant 20 années, revenus auxquels je n'avais pas droit. Elle n'a jamais voulu utiliser l'hypothèque du bloc pour entretenir cet immeuble... C'était son argent pour vivre et voyager. C'est donc avec ma petite paie de travailleur incapable de garder mes emplois que j'ai entretenu un immeuble gros comme 4 maisons... en plus de la faire vivre. Il est tombé en ruine, est devenu un taudi faute de moyens. Elle s'est permise de vivre sur mes revenus sans jamais faire preuve d'aucune considération. Elle a toujours fermé les yeux et les oreilles pour ne pas entendre quand je lui disais les problèmes que je vivais à cause de ses comportements. Elle fuyait tout le temps, ne regardant que ce qui lui convenait et l'avantageait.

C'est un peu l'histoire de la cigale et la fourmi... Elle chantait au lieu de travailler, je me suis crevé et rendu malade pour tout faire fonctionner. Un jour elle m'a annoncé qu'elle laissait cet immeuble qui m'avait coûté 20 années de salaire, tout mon temps, toute ma vie... à ma soeur et moi à part égale (???). Ma soeur n'a rien à voir dans ce bloc, dans ce contrat... Elle n'a jamais mis un sous dans cet immeuble, ne l'a jamais emtretenu, n'y a jamais habité...
Puis en même temps, ma mère m'a dit que j'étais responsable de la faire vivre jusqu'à sa mort (???).
Dans sa tête, c'est normal. Elle était ma mère et il était normal que ses enfants prennent soin d'elle dans ses vieux jours. Elle ne m'a pas demandé si je voulais, si j'étais daccord... Non ! Elle a décidé que c'était ça, sans faire preuve d'aucune conscience devant ma réalité, mes problèmes, et son testament qui constituait une promesse de me jeter à la rue le jour de son décès.

Quand mon père est décédé, j'étais triste de le voir dépérir tout au long de sa maladie. J'avais de la compassion pour un homme qui m'insultait sur son lit de mort, qui me traitait comme dans mon enfance....J'étais enragé à l'intérieur et respectueux devant un homme qui quitte sa vie. Je l'ai vu mourir sans éprouver aucune émotion... le vide total. Je n'avais rien compris de mes réactions... je ne savais pas encore que j'étais borderline. Sa vie et la fin de sa vie auraient étés très différentes si j'avais eut la chance de comprendre ce que j'étais avant qu'il parte.

Avec ma mère, j'ai la chance de comprendre avant qu'il ne soit trop tard pour lui mettre dans la face ses comportements criminels et lui faire porter le fardeau de ses responsabilités. Je lui dis de prendre sur son dos ce qui lui appartient, sa vie, ses problèmes... et je me sens bien d'agir ainsi. Je lui donne ce qu'elle a fuit, ce que j'ai pris à sa place, ce que j'ai payé par sa négligeance... le vol de ma vie. Je l'ai questionné beaucoup et ses réponses m'ont complètement retourné. C'était à en donner la nausée. J'étais dégouté, révolté de voir qu'elle disait des choses épouventables sans comprendre... elle trouvait ça bien ! Elle a passé sa vie à abuser de moi. Contrairement à mon père, elle n'en a aucune conscience.

Cet immeuble je l'ai payé, pas elle... donc il est à moi et je l'ai pris. Je suis gentil, je me suis montré juste malgré ma rage, je lui ai acheté au prix de la transaction lors de notre association. Je me trouve trop gentil d'avoir fait ça pour acquérir un immeuble rempli de moisissures et de champignons qui est bon à brûler selon les expert qui l'on expertisé. Je peux tout faire, je n'ai aucune limite... Alors je suis en train de recontruire un immeuble non viable, perdu et sans avenir, pour en faire quelque chose de merveilleux... Ça me coûte une véritable fortune, car on ne parle plus de rénovation, mais de construction. On efface et on recommence, tout en préservant ce qui peu l'être.

Mon bloc me ressemble... il est comme un borderline, invalide, dysfonctionnel, perdu. Il est passé dans les mêmes mains que moi, et c'est la raison de son état. Il a dépérit au point de ne valoir que le prix du terrain sur lequel il est construit. Il n'est qu'une peau vide. Seulement lui, il est réparable, il suffit d'y mettre du temps et de la volonté. Moi, je ne le suis pas malgré toute ma volonté et le temps que j'ai mis à vouloir me sauver.

Des gens comme ma famille, c'est ceux qui laissent tout dépérir sans faire le moindre effort, ils ne regarde qu'eux-mêmes, ce qui les avantages, sans considération des tords qu'ils causent aux autres.


Dernière édition par Admin le Sam 1 Nov - 14:48 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Juil - 17:47 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Dim 15 Sep - 23:50 (2013)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

Ma mère a une réelle incapacité à gérer le moindre conflit. Elle fuit devant tout... Elle est donc du même coup incapable de faire preuve d'un sens des responsabilités et de remplir ses devoirs et obligations. Elle n'a pas élevé ses enfants, elle ne les a pas protégés et encadrés, elle n'a juste pas été une mère...

Elle a fermée les yeux quand j'étais petit, pour ne pas voir... Elle n'est pas venue vers moi, elle ne m'a jamais protégé... elle ne m'a jamais choisi. Elle fait quoi aujourd'hui ??? La même chose... Elle va m'aimer à distance le temps que le problème se passe. J'ai un problème avec elle, elle refuse de le régler et préfère fuir... Rien ne va donc se régler !  Ce qui va passer, c'est juste la vie...

Elle est comme ça... elle ne changera pas. Et bien tant pis ! J'ai un deuil à faire. Je ne veux pas me faire aimer comme ça... Ce n'est pas de l'amour, c'est toujours m'utiliser pour pelleter ses problèmes sur mon dos (même quand j'étais enfant). Je ne suis pas daccord, je ne l'est jamais été.

Pour que sa vie soit légère à porter, la mienne est devenue lourde à supporter. Je veux qu'elle m'écoute et qu'elle comprenne... qu'elle porte aussi un peu son fardeau qui pèse si lourd sur mon dos. Elle ne veux pas... C'est un problème à régler, ce n'est pas son genre de confronter pour régler un problème... Fuir c'est plus facile.

C'est personne... C'est quelqu'un qui n'existe pas vraiment. En tout cas, qui n'existe pas d'une façon viable dans ma vie.
Ma soeur c'est la même chose dans sa vie avec son père... seulement elle était trop petite pour comprendre, alors elle ne comprend pas encore aujourd'hui.


Revenir en haut
dzaloff


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2014
Messages: 255
Localisation: loiret france

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 11:10 (2014)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

salut


je me retrouve dans ce que tu dit, (sauf la mère qui arnaque) je suis né de moi même, j'ai crée toutes une mythologie pour me donner une ascendance une sorte de famille imaginaire car je n'ai aucun contacte avec mes parents . un jour ma mère ma dit " tu te fera seul" comme disait devos " je me suis fait seul et je me suis mal fait, mais comme a chaque foi que je me faisait mal on me disait c'est bien fait, j'ai continuer" et je le suis rester.


 je regarde le monde comme quelque chose d'étrange, chacun possède ce que j'appel une bulle de réalité qui rentre rarement et très partiellement en contacte avec les autres. ces réalités sont toutes différents dans les détails mais toutes centrer sur eux même ils ne penses qu'a eux alors que je ne pense qu'aux autres, qui a raison ?


je vit chez mes parents depuis 2009, enfin avec ma mère et mon beau-père pour être exacte, mon père étant mort d'un cancer . 
je vis chez eux mais pas dans la maison ! j'ai ma propre cabane et on ce retrouve pour les repas et rarement pour voire un DVD ( comme on a pas les même goûts...) .


je suis toujours ravis de donner un coups de main, mais personne ne m'appel; ma vielle voiture a souvent besoin d'un coups de tournevis alors j'appel mon beau-père histoire de faire quelque chose ensemble ( crée des liens quoi ) mais le plus souvent il m'envoi chez le garagiste ( ça aide pas le projet ) .


du coup je me demande si c'est moi qui suis un solitaire ou si c'est les autres qui ne veulent pas de moi . ( mais je suis hors sujet la non ? Embarassed  )


j'ai 39 ans depuis peut et je me sens toujours comme a 15, je ne comprend rien a leurs discutions d'adultes ( faut dire que je vit avec des retraiter ) 
pourquoi être si catégorique sur un monde emplie de différences et si changent, de plus ils sont si égocentrique incapable de penser a ceux qui viendrons apret .


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 19:41 (2014)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

 Je partage tes points de vues sur le concept de bulles égocentriques, et la vision radicaliste de droite que tout doit être uniforme, conforme et standardisé... dans un monde rempli de diversités qui se meurent.
Pas facile...


Revenir en haut
dzaloff


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2014
Messages: 255
Localisation: loiret france

MessagePosté le: Sam 26 Avr - 06:10 (2014)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

mes parents ( surtout ma mère ) sont dans le déni le plus complet, pour eux je ne suis qu'un  connard  un feignent  ( désoler pour le gros mot mais c'est exactement ça ) et CA c'est dur ( pour moi )

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 30 Avr - 19:16 (2014)    Sujet du message: Moi adulte Répondre en citant

Quand on a jamais été valorisé, il arrive que des gens bloquent complètement. 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:20 (2018)    Sujet du message: Moi adulte

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> Parent -> Mes parents Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com