tpl borderline Index du Forum tpl borderline
Pour ceux qui veulent savoir, se comprendre ou comprendre un proche atteint du trouble de la personnalité limite... bienvenu dans mon enfer.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Écrire
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 512, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> Mia
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 22:24 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 J'adore ta redéfinition des mots, tant qu'a moi tu devrais réécrire le dictionnaire au grand complet(joke) lol
 
Comme tu dis les philosophes ont bien plus à nous apprendre que les psychologues qui ne font que nous réciter les normes de la société. Je les connais déjà les normes. Si je ne les suit pas c'est par choix et non parce que je les ignorent. Je ne suis pas capable de faire ou de dire quelque chose sans raison, parce que c'est comme ca. IL faut qu'il y ai une raison, une certaine logique. Selon les psychologues, ils nous aide à développer de bonnes interactions et habitées  sociale. En fait, il nous dise quoi dire, quoi de pas dire dans certaines situations, comment réagir et quelle émotions ressentir selon les circonstances. Pour moi ca ressemble beaucoup trop à un tournage d'un film. Ils te donnent un scripte que tu doit retenir par cœur pour ensuite réciter en exprimant les bonnes expression au bon moment.
 
J'aime beaucoup ton passe-temps. Ca doit être excitant de se promener sur l'eau sans but défini, sans destination. Loin des villes, loin de tous le monde, loin de l'humain... Je me suis toujours demandée si l'eau pouvait purifier tout, effacer tout. Est-ce qu'un jour la planète sera complètement engloutie par l'eau et tout recommencera à zéro ??
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 21 Oct - 22:24 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 23:10 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

On vit dans une des pires époques de l'humanité... Avant les rois et le pouvoir s'entouraient d'artistes et de philosophes (tous des scientifiques très utiles) pour les conseiller sur les choix à faire.

Aujourd'hui, les artistes sont méprisés, ils crèvent de faim la plupart du temps. Avoir du talent dans notre monde ne veut rien dire...
Les philosophes c'est pareille... Tu les croises sur la rue, c'est eux qui mandie pour un 25 sous pour manger.

J'aime bien faire connaître ma passion pour la voile. C'est un monde à part. Tout est possible dans ce monde. Sur un bateau, on recrée le monde et la société en miniature, avec des règles plus "naturelle", l'océan décide.
Je donne des cours de voile l'été. Ça fait 30 ans que j'en fait, j'ai une formation de capitaine de la marine marchande non reconnue par le ministère de l'éducation... Donc c'est de la marde. Mais j'ai de l'expérience et beaucoup de vécu.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 23:19 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Pour ce qui est de réécrire le dictionnaire, c'est une idée interessante...
Mes "fix" (idées fixes) sont actuellement portés sur l'astronomie et l'astrophysique. J'essaie de décortiquer les formules pour trouver ma position avec les étoiles et la Lune. Mais à la méthode des anciens (pour être totalement autonome).
Mon voisin qui est un chercheur à l'Agence Spaciale me traite de fou, il dit que c'est impossible... Je ne m'arrête pas à ce genre de remarque, j'essaie quand même. Bordel que c'est génial et tellement compliqué que je suis complètement clanché. Ça me fait chier... Je continue quand même, je veux comprendre, je dois comprendre... c'est la dernière étape qui m'enpêche de partir. C'est complètement débile comme feeling de partager sa route avec des dauphins et des baleines.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 21 Oct - 23:56 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Est-ce que tu connais la carte du ciel ? Pas moi... J'en suis au stade débutant, j'ai de la misère avec le positionnement de la voûte céleste et moi dedans. Le problème avec les étoiles c'est qu'elle se déplacent très vite dans le ciel. Une photo de nuit de 30 secondes fait des traînées de lumières sur la photo à cause de la vitesse de rotation de la Terre.
Donc le ciel n'est jamais à la même place. Il y a trop d'étoiles, le vide est rempli de lumières. Je ne les identifie pas facilement.


Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Mer 23 Oct - 20:59 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 non dsl, je ne connais pas la carte du ciel...Sad

J'avais moi aussi quelque questions à te poser si tu veux bien.

Tu parlait que tu avait parfois des psychoses ??? ca ressemble à quoi ?? J'ai regardé la définition, mais je ne comprend pas plus. Je ne sais même pas si j'en ai ...
Tu parlais également de dissociations. Comment tu vis ca???, pour voir si ca ressemble à moi

Est-ce que tu as des dépendances ???

Est-ce que tu fais parfois des crises d'anxiété ???

Comment vis-tu les activités sociales?? y trouve tu un certain intérêt ???
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Jeu 24 Oct - 02:54 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant


Tu parlait que tu avait parfois des psychoses ??? il y a une porte dans mon esprit, une porte qui me fait passer d'un monde à l'autre. C'est un peu comme tes rêves prémonitoires, comment tu expliques qu'un rêve devienne une réalité, que des cauchemars se concrétisent ? Tu vois et ça arrive.
Dans mes psychoses d'enfance, ma réalité était ce que j'ai écris dans la rubrique "Mon monde".
C'est facile de dire que c'est de la démence, un mauvais tour de mon cerveau, des illusions fabriquées de toutes pièces. Je voudrais vraiment le croire moi aussi...

Le hic, c'est que durant cette période j'ai vu des choses tout a fait réeles qu'il m'était impossible de voir et que personne de normal ne voit.

La première expérience : J'étais parti au États-Unis chez un de mes oncles pour lui donner un coup de main. Mon père partait avec le chien et sa copine en Gaspésie. Une de mes tantes un peu étrange avait averti mon père qu'elle sentait la mort proche de lui. Elle ne se trompe jamais et ne parle jamais de ce qu'elle voit, sauf pour annoncer les morts dans la famille. C'est un peu comme la sorcière de la famille... Seulement moi je n'étais pas au courant, j'étais à plus de 3000 km de là. À l'heure du diner, alors que je parlais avec mon oncle, mes yeux ont arrêté de voir ce qu'il y avait devant moi. Je n'étais plus là, j'étais dans le passage entre la vie et la mort. J'ai vu mon chien, calme et tranquile disparaître dans le vide. Mes yeux sont revenu, et j'ai dit à mon oncle que mon chien venait de mourir. J'ai pleuré beaucoup, il n'y comprennait rien... J'aimais mon chien, il était gentil et c'était un animal qui avait eut une vie difficile et il m'aimait vraiment.
À mon retour, un mois plus tard, mon père m'a annoncé que mon chien s'était fait passer sur le dos par un camion lors du trajet pour se rendre en Gaspésie. Je lui ai répondu que je savais déjà depuis longtemps. La date et l'heure concordaient avec ma vision.

Deuxième expérience : Exactement la même chose, sauf que cette fois ce n'est pas mon chien, c'est ma grand-mère. Je ne savais pas qu'elle était malade, mourante à l'hôpital. Je l'ai vu apparaître dans l'autre monde, ma vue s'est évaporée pour la voir souriante, calme, détendue... avant de disparaître dans le vide. C'est deux heures plus tard que ma mère m'a annoncé la nouvelle au téléphone. Je lui ai dit que je savais déjà, que je l'avais vu partir.

Dans certains endroit, à certains moment, je vois la mort. C'est une masse sombre, mal définie, plus grande qu'un être humain, je dirais environ 8 ou 10 pieds de hauteur. Quand elle est là, je ressens du froid mais pas comme le froid en hiver... c'est autre chose. Je suis sorti du salon funéraire lors de la mort de la grand-mère de ma copine... la mort se tenait debout près du cerceuil, j'ai paniqué...

Je n'aime pas la voir de ce côté-ci, j'ai toujours peur d'en être la cible. Ici je ne suis qu'un vivant vulnérable. Dans son monde, je suis un monstre qu'elle évite... je suis pire qu'elle. C'est pour ça que je suis toujours vivant... 

Je veux bien croire que ce n'est que la folie de mon esprit, mais comment expliquer que ça se colle avec autant de justesse sur la réalité ? Je ne vois pas des trucs imaginaires, c'est réel. Certains vont dire que c'est des psychoses car il n'y a aucun raisonnement logique qui puisse expliquer ça.
Je passe pour un fou, comme si je disais que des martiens venus de la planète Mars m'avaient kidnappés pour faire des expériences sur mon corps et essayer de comprendre pourquoi j'ai la peau de cette couleur et non pas verte comme eux... À mes yeux ce n'est pas la même chose, mais je ne sais pas comment l'expliquer. Même pour moi c'est illogique et insensé... c'est ça mon enfer.  

ca ressemble à quoi ?? Ça dépends des fois... Ma dernière crise cet été (en juillet), ma voisine m'a trouvée inconscient dans mon entrée de stationnement, avec de sérieux troubles respiratoires. Je ne réagissais pas à mon environnement exérieur, j'étais incapable de reprendre le contrôle, mais couché sur le sol je discutais avec les gens autour de moi pour leur dire de me laisser du temps (avec une voix qui n'était pas la mienne, et des yeux totalement noirs comme si la pupille était complètement dilatée). Après 10 minutes, ils voulaient encore appeler l'ambulance, j'étais toujours aussi mal en point et je demandais encore du temps. (j'ai l'habitude d'être en enfer, je sais faire avec...). Je me suis retrouvé à Louis-H. et je suis sorti aussi vite que j'y suis entré. Ils voulaient me mettre dans une cage avec des portes barrées... J'ai dit que si ils voulaient faire dégénérer la situation et confronter ma violence, c'était la bonne chose à faire.

J'ai regardé la définition, mais je ne comprend pas plus. Je ne sais même pas si j'en ai ... Possiblement que oui... tes rêves prémonitoires peuvent être assimilés à ce genre d'état. Je demande aux autres borderlines de me parler du gouffre, cet espace vide et infini qui aspire la vie quand elle est finie.
Pleins de borderlines parlent du gouffre qu'ils voient. Tu sais de quoi je parles ?
Est-ce que tu vois des choses que tu ne sais pas expliquer ? Des choses qui ne font pas partie de ce monde ? Qui es-tu ? Ne vis-tu pas dans deux univers parallèles ? J'ai un gardien de but devant le gouffre, et il est de taille à se battre contre la mort. C'est l'animal, le prédateur, le monstre ou la chose étrange, sans vie et sans émotion, qui a une capacité de destruction sans limite. Même moi je ne veux pas le confronter, il est d'un autre monde et beaucoup trop puissant pour moi.

Silencieuse avait son double dans l'autre monde. Elle aussi était un tyran sanguinaire et sans pardon dans l'autre monde. Elle est un colosse au pieds d'argile... un colosse puissant, avec un faille... un point faible... ses pieds fragiles.

Je suis quoi ? Je n'en sais rien... ce n'est pas un colosse, pas un titan. Je suis une chose sans yeux, sans coeur et sans poumons. Je n'ai pas de peau sur le corps et la moitié de mes organes sont manquants. Je saigne comme un cochon égorgé sur un sol de sel blanc, et je brûle cuit par le sel. Je n'ai pas de dimensions définie, je suis simplement monstrueux et assez mauvais pour tenir loin l'autre résident de ce lieu... la mort.

Ok... Je m'excuse. N'ai pas peur de moi SVP. Je sais que c'est vraiment étrange. Si tu trouves que je suis fou et disjoncté, je te comprends... C'est aussi mon opinion, mais je suis moins pire que tu crois.
Je ne suis pas mauvais, je ne suis pas méchant, je ne suis pas violent. Un autre qui vit dans moi l'est... et je l'ai apprivoisé pour le contrôler sans le confronter. Je suis très philosophe pour cette raison, raisonner le monstre en moi. Il faut juste ne pas m'attaquer et je suis la personne la plus gentille que tu ais croisée dans ta vie. Ceux qui m'attaquent, c'est l'autre qui prend toute la place, et ils n'ont aucun moyens de gagner contre moi, c'est impossible. Ils finissent tous par plier. Celui-là, personne ne veut le voir... même pas moi, il va foutre ma vie en l'air et il s'en fout.
   
Tu parlais également de dissociations. Comment tu vis ca???, pour voir si ca ressemble à moi
Heuu !!! Bien j'ai des personnalités multiples qui sont toutes associées à moi dans mon présent. Ce sont des personnalités qui se sont forgées dans mon passé, mais mon passé n'existe pas, il est absent.
Je t'en ai parlé dans nos échanges... Je me souviens de mon passé, mais je n'arrive pas à me sentir associé à ces souvenirs. Ouups !! C'est bizarre... Associé vs dissocié. Ce n'est pas évident à expliquer.
Disons que j'ai des traumas qui m'empèchent de me souvenir, mais j'ai des outils multiples pour vivre dans mes traumas avec le moins de séquelles possibles.

De 0 à 8 ans, c'est le vide total, je n'ai aucun souvenir, sauf ma conne de mère qui m'a expliquée qu'à ma mort on allait m'enterrer, que j'allais pourir et me faire manger par des vers (j'avais 4 ans). Je me souviens de la réponse de mon père devant mes pleures, ma panique de comprendre que ma vie avait une fin... "La vie c'est violent alors habitue-toi". Et je me souviens de ma mère qui me dit de faire attention de ne pas me couper avec la lame de razoir qu'elle m'a donnée pour fabriquer mes jouets (j'avais en bas de 6 ans...).  Je veux lui poser des questions à ma mère pour savoir ce qu'elle m'a fait quand j'étais bébé... Si la personnalité se forge entre 0 et 6 ans, il doit y avoir plein de choses aberrantes dans ma vie à cette période. Elle me fuit comme elle fuit tout le temps devant tout. Depuis qu'elle voit le monstre, elle m'évite avec raison... je suis le pire des salops, je me vois lui parler comme un sadique qui fait tout pour la détruire et j'ai une froideur désarmante.

Mes souvenirs commencent avec ma première blonde à 8 ans, quand je jouais à la bouteille.
Te souviens-tu de ton passé ? As-tu eut des amis ? As-tu été touchée physiquement quand tu en ressentais le désir ? Ta vie sexuelle est-elle pleine de carence ou si elle s'est développée normalement ?

Toute la marde que j'ai enduré, ce n'est pas ma vie... c'est celle d'un autre, celle d'un enfant qui s'est suicidé. Toutes les choses que j'ai fait qui sont mal durant cette vie, je ne ressens aucune émotion, pas de culpabilité, une incapacité à regretter mes gestes... Je ne suis pas capable de m'y associer, cet enfant ce n'est pas moi... Lui c'était une victime sévèrement abusée. N'importe qui qui voudrait me traiter comme ça crèverait dans les minutes suivantes, le monstre le tuerait. J'étais isolé, marginalisé, maltraité, dans un état de détresse si grand que j'étais en psychose chronique constante, je vivais chez les morts.
Mes cons de parents m'ont regardé satisfaire les désirs et la curiosité de ma puberté sur ma soeur (je suis désolé de te choquée, je ne sais pas si tu peux comprendre ça...). J'ai pris ce qu'il y avait, la seule personne qui ne me faisait pas du mal. C'était des gestes de survie, un méchant crie de détresse. Mes parents n'ont jamais rien fait pour arrêter ça, ils n'ont pas mis de balises malgré qu'ils en étaient témoins.
Ai-je de la culpabilité ? Non.  Des remors ? Non.  Des regrets ? Oui... J'aurais voulu une autre vie, une mieux que ça. J'aurais aimé pouvoir avoir des contacts avec d'autres de mon âge, me développer dans un environnement normal. Je ne me donne pas le droit de juger les autres (c'est drôle... tu vas me dire que je juge tout le monde très sévèrement... c'est des moutons que je rêve de massacrer), de juger leur vie... La vie est souvent plus complexe que l'image qu'on en voit. Je n'ai pas vraiment de sens morale... mais je regarde et j'aide quand je vois la détresse.
 
Quand j'avais 12 ans, avec ma queue bandé que je ne savais pas quoi faire avec... j'aurais voulu être touché pour que quelqu'un me donne le droit d'exister, que quelqu'un me fasse du bien. Seulement j'étais complètement détruit en dépression sévère et psychotique (dans un autre monde). Des amis j'en avais pas. J'ai courtisé des femmes adultes (20 à 35 ans) pour qu'elle me sauvent en couchant avec moi. Elles se sont toutes comportés en salopes de la pire espèce en se montrant aussi déplacées et hargneuses que les petites jeunes de mon âge. Quand je vois une femme se faire condamner parce qu'elle a une relation avec un jeune encore mineur, je suis scandalisé. J'aurais tellement voulu être sauvé... Si seulement il y en avait une qui m'avait dit oui, je ne serais pas dans cet enfer aujourd'hui. J'aurais été sauvé. Il y a une différence entre la morale, la Loi, et le bien et le juste. Ce n'est pas toujours mauvais et abusif, quelques fois c'est le sauvetage d'une vie derrière une relation aux apparences douteuses et incompréhensibles. Je conçoit que c'est un peu étrange une femme de 30 ans qui couche avec un enfant de 12 ans muni d'un mini pénis d'enfant... Mais je ne suis pas capable de condamner le geste, j'ai plus envie de dire merci... ça existe. Je condamne si il y a abus, je suis révolté si il y a abus... Mais personne ne va me faire croire qu'un jeune de 15 ans qui baise et se fait faire des blow-job par un pétard de 30 ans est une victime abusé et traumatisé. Traîner le couple devant la justice et condamner la relation et son amoureuse à une peine de prison... publiquement en première page des médias, ça c'est abusif et traumatisant pour le jeune.

Bref, je ne me sens pas attaché, relié à mon passé. Ce que j'étais ce n'est plus moi, c'est mon opposé, une chose contraire à ce que je suis, un mauvais reflet... ce n'est pas ma vie ni mon passé, même si j'en ai tous les souvenirs. Je suis né j'avais 19 ans, sans famille, sans parents.
Les chiffres magiques dans ma vie sont 8, 12, 19, 21. Quatre temps et quatre personnalités totalement différentes, sans lien autre que le corps qui se fait mouvoir par des esprits différents, avec des vies différentes.    


Est-ce que tu as des dépendances ??? Je connais ma fragilité en ce domaine. C'est très facile pour moi de tomber dans l'abus. Mes plus grandes dépendances sont la dépendance affective (de l'affection ça n'existe pas dans ma vie en dehors de ma conjointe), et ma dépendance au sexe (ça aussi c'est une grosse carence dans ma vie même avec ma conjointe), j'ai besoin de jouir tous les jours et souvent plusieurs fois par jour. Je me masturbe beaucoup pour compenser sans trouver de satisfaction.  
Les ostis de cigarettes.... je déteste fumer, mais je ne suis pas capable d'arrêter.
Sinon, les autres trucs je ne peux pas les qualifier de dépendances...
Je fume des joints assez régulièrement pour me stabiliser. Étrangement, c'est le meilleur produit que j'ai trouvé qui m'aide à ne pas péter une coche. C'est mieux et plus efficace que tout les médicaments que j'ai essayé. Si je ne fume pas de joints, je ne suis pas en manque... Je m'en passe facilement quelques mois. Seulement j'y reviens faute de trouver d'autres solutions pour m'appaiser. Quand je ne fumes pas, je bois avec quelques petits excès. Mais je n'ai pas de dépendances à l'alcool. Je bois une bierre par semaine, une bouteille de vin par mois...

J'ai fait l'expérience de plein de drogues, cocaïne, free-base, acide, champignons magiques, etc... J'ai vu tous mes amis détruire leurs vies avec ça, tomber les uns après les autres... C'est déguelasse ! Je ne me suis jamais laissé dominé par ça. J'ai arrêté très vite après quelques mois d'usage, voyant ma faiblesse à tomber trop facilement dans ce genre de trucs. J'ai attendu très tard dans ma vie pour essayer des produits de ce genre, j'avais 28 ans. J'ai commencé à fumer à 28 ans dans le but de me faire crever d'un cancer un jour... pas pour l'image ou pour faire comme tout le monde. Cette période c'est quand je me suis séparré de ma blonde, une pose de 4 années. Quatre années de dérapages intenses.  


Est-ce que tu fais parfois des crises d'anxiété ??? Souvent, très souvent... La question devrait être : Est-ce qu'il m'arrive de ne pas faire d'anxiété ? Je ne "fite" pas dans le monde, je suis totalement mésadapté alors c'est sûr que je vis de l'angoisse. Le monde a tendance à tuer ceux qui sont différents, à les condamner.

Comment vis-tu les activités sociales?? Je ne participe pas aux activités sociales, je les évite. C'est souvent rempli de gens avec qui je risque de me retrouver en mauvaise posture. En même temps, quand je suis dans un milieu sociale sans hiérarchie je suis souvent très apprécié, j'y trouve une certaine valorisation qui me porte à croire que les gens ont du bon quelques fois. Je ne suis pas toujours en mode guerre, je suis très sociable, je suis dans une classe avec plein de monde que j'aide... on me donne des cadeaux et on m'écrit des lettres pour me remercier. Je ne suis pas un bourreau sanguinaire...
Celui qui essaie de m'abuser ou me dominer, pour lui... je suis la fin de son monde. Je suis radical blanc/noir.
  
y trouve tu un certain intérêt ??? Pas vraiment... Je me fout pas mal d'être aimé par le monde qui participe à cette société. Je dois fonctionner, gagner ma vie, avoir l'air le plus normal possible, c'est tout le temps une corvée... Il y a des choses que j'évite, les réunions de travail (tout ce qui implique d'avoir des relations avec mes collègues), les rencontres syndicales (je passe mon temps à les traiter de lavres sans colonne, des ostis de protocolaires...) Ma famille je ne les vois plus depuis longtemps... J'ai une famille de remplacement qui est bien mieux, celle de ma conjointe. J'aime bien les voir, ils savent que je suis fou et ils m'apprécient quand même. Ils ne comprennent juste pas ma cruauté devant ma propre famille... C'est deux réalités complètement différentes...  

Est-ce que ça répond à tes questions ? Je suis content que tu échange avec moi, que tu ne te pousse pas devant toutes les aberrations que je peux dire... que tu sais en rire et voir derrière les mots la personne que je suis. Si tu croyais que je suis dangereux et mauvais, tu ne serais plus là...
Merci de ta compréhension... Je sais que borderline nous avons tendance à être radical et je trouverais regrettable de dépasser tes limites sans comprendre et sans en avoir conscience. Est-ce que je peux te demander de ne pas me jeter aux vidanges si j'ai des propos qui te choquent ? Discute avec moi pour me faire voir ma bêtise envers toi si ça arrive... Ok ? Ça va m'aider à me voir et réfléchir sur ma façon d'être. Ce n'est pas volontaire si ça arrive et c'est assurément une mauvaise interprétation de mes propos, tu n'es pas une cible, tu es quelqu'un que j'apprécie.   

Variante sur ta signature : Les normes des autres c'est mon enfer... je suis déjà dedans.




Dernière édition par Admin le Jeu 24 Oct - 11:06 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Jeu 24 Oct - 04:11 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

J'ai vu que tu avais enlevé la photo de la fille avec le gros chat...
J'en conclu que c'était bien une photo de toi...
Si tu veux, je ne sais pas comment, par soucie d'équité, je veux bien te faire voir qui je suis. Mais moi aussi ma photo doit disparaître une fois vu. Puis-je te faire confiance sur ce point ?
Je doute que tu te souvienne de moi. Je n'arrive simplement pas à savoir où je t'ai croisé.
Cégep du Vieux ou l'UQAM ? Psychiatrie à Pierre-Boucher ou allieurs... ou simplement croisé dans la rue.

Tu as quel âge ?
Dans quel coin tu as grandi ?
Tes études, tu as fait quoi et où ?

Je te raconte une histoire... Un fois, je marchais sur Ste-Catherine à Montréal en plein été. Je remarque une femme splendide d'une grande beauté qui marche vers moi sur le trottoir. Je lui souris à son approche et elle me dit bonjour en disant mon nom... Je capote ! C'est qui cette fille splendide qui me connaît ? Si je l'avais déjà vu je m'en souviendrais c'est sûr !!!
Je n'y comprends absolument rien et elle a beau me dire ses souvenirs (on allait au primaire ensemble...) je n'arrive pas à me souvenir de rien. Le primaire, c'est dans la vie de l'enfant mort suicidé... Il ne reste rien, sauf les traumas.
Tu n'imagine pas comme je regrettais de ne pas me souvenir d'elle. On a fait nos études en psychologie ensemble, en équipe pour nos projets... je n'ai jamais retrouvé la mémoire.

Je ne sais pas pourquoi je me souviens de toi... et tu es splendide, tu es resté garvée dans ma mémoire flottante. C'est un peu frustrant pour moi d'avoir si peu de mémoire et de souvenirs. Je suis intrigué et curieux... Je ne suis pas un fou manipulateur qui te veux du mal, j'aime être entouré de belles femmes, c'est agréable même à l'état de relations platoniques (sans sexe), pour autant qu'elles ne sont pas des connasses sans esprit. Bref, tu as de belles qualités.

Tu ne vas pas très bien que tu m'écrivais. Je n'ai pas posé de questions parce que je souffre du même mal que toi, donc je crois savoir et comprendre ce que tu dis. Mais c'est peut-être autre chose...
Tu m'as dit être seule. La solitude est-elle pesante pour toi ?
As-tu quelqu'un pour te toucher, te donner de la tendresse ?
Ce n'est pas facile de gagner sa vie et d'étudier en même temps... comment ça se passe ?
Explique-moi tes similitudes et tes différences... Ta dissociation c'est quoi pour toi ?
Ta dépendance... l'alcool ? Alcool et médicaments !!! Méchant buzz.
Tout le monde a des talents, sauf les super-moutons... Tu n'es pas mouton pour 2 sous, alors quels sont tes talents ?
Avoir du talent ça ne compte pas dans ce monde, donc ce n'est pas valorisé. Que fais-tu avec tes talents ?
Puis-je me pratiquer sur toi pour améliorer mon côté séducteur ?
Avoir tes opinions (critiques) sur ma personne ? Un bon fou, un méchant fou, un pas fou du tout...
De quoi es-tu le moins heureuse dans la construction de toi ? Moi c'est le criss de monstre, mais il est nésséssaire je crois.
 


Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Jeu 24 Oct - 23:16 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 Je vais bien, je vais mal, ca varie toujours. Lorsque quelqu'un me demande comment je vais, je ne sais jamais quoi répondre, alors je dit oui automatiquement. C'est plus simple. En fait je devrais leur répondre : maintenant, je vais bien, dans deux heure j'irai mal, à la fin de la journée j'irai bien et demain j'irai mal.
As-tu beaucoup de variation d'humeur comme moi ou c'est plutôt stable ??? C'est fréquent ou rare ??

Je ne crois pas que ma solitude me pèse. Lorsque j'étais Ado : oui. Maintenant, je préfère être seule, Je ne suis qu'en sécurité qu'avec moi même.
J'ai eu plusieurs fuck friend. J'en avais un récemment, mais il s'est tanné.
Je ne crois pas en l'amour. D'ailleurs, j'ignore la définition de ce mot. Les câlins de mes chats ca compte ??

Mes dissociations sont très différente de toi. Elles sont trop étrange, me font capoter. C'est le truc le plus étrange et le plus effrayant que j'ai jamais vécue. En gros on dirait que mon esprit sort de mon corps. Je ne sais plus qui je suis. Je n'ai plus aucun souvenir de ce que j'ai vécu, de ce qui est arrivé hier. Je ne me reconnais même plus dans le miroir.

Lorsque j'étais Ado j'étais dépendante a l'alcool pour pouvoir m'apaiser. Maintenant avec mes médicaments, j'en prend presque pu. J'ai eu une petite période j'étais dépendante a la marijuana. J'ai aussi essayer : extasy, cocaïne ; j'ai pas trop aime. J'ai déjà été dépendante d'un gars. mais vraiment a l'extrême. Lorsque je lui ai dit que j'étais borderline, il m'as abandonné. Depuis ce temps, ca a été le début de la fin. :dépression, tentative de suicide ...C'étais la seule personne au monde que j'aimais vraiment, la seule qui ne devais pas m'abandonnée, la seule qui pouvait vraiment m'aider. Un peu comme toi, je crois que a partir de ce moment la mon esprit est mort, et il s'est ressuscite. Je n'avais plus rien a perde, plus personne a perdre. J'étais juste un corps qui errait...J'aurai préfère tout perdre que de perdre ce gars. maintenant, je ne m'attache plus a personne, tout le monde part en jour.

Mes dépendances maintenant : somnifères +++, café. Je ne sais pas si je suis dépendante de mes médicaments: effexor, car je ne les prend pas toujours, mais lorsque je ne les prend pas pendant un certains temps, je ressent des genre de symptômes de sevrage : nausées, sueurs, étourdissement, insomnie...

J'ignore  si ce sont des talents, mais j'aime bien dessiner, chanter, écrire(poèmes), faire de la décoration.

Je ne crois pas que tu sois fou, si c'est le cas alors moi aussi c'est clairement le cas. Je ne crois pas non plus que tu sois méchant. J'admire que tu ai autant confiance en toi malgré que tu te sois fait détruire et rabaisser. J'aimerais être rendu a ce point, mais ce n'est pas le cas. Tune me choque pas du tout, rien ne me choque mis a part l'ignorance, la stupidité et la cruauté animale.
 
De quoi suis-je le moins heureuse dans la construction de moi. eeee, je dirais tout

_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 25 Oct - 02:29 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

As-tu beaucoup de variation d'humeur comme moi ou c'est plutôt stable ??? C'est fréquent ou rare ??
Heuu !!! Tous les matins je me lève de bonne humeur, c'est une nouvelle journée. 5 minutes plus tard j'ai plein d'images de moi en train de me tuer de toutes sortes de façon... mais je suis quand même de bonne humeur, je souris tout le temps. J'ai l'habitude, je n'accorde plus de place ni d'importance pour ce genre de pensée. J'ai appris à être patient, ne dit-on pas que la vengence est un plat qui se mange froid ? Je n'ai aucune idée si je vais bien ou pas, je sais seulement que je suis vivant et maintenant.
Quand les gens me demandent si je vais bien, je dis toujours oui... quoi répondre d'autre ??? Non ! et c'est parti, je viens d'ouvrir la porte et je dois expliquer des choses que personne ne va comprendre... sauf toi. Tu vois, pour moi c'est important ce contact avec toi, c'est un échange qui me fait du bien parce que tu sais, tu as une conscience et j'aime beaucoup comment tu parles. Tu es vraiment borderline, une reine noire très étonnante. J'aime bien...

Je ne crois pas que ma solitude me pèse. Moi je deviens totalement perdu et quelques fois dangereux car je n'ai plus rien à quoi m'accrocher pour rester à la surface. Quand je suis noir, je suis vraiment noir... il ne faut pas être un obstacle devant moi. Seul et entouré, c'est insuportable. Être seul et bien, même très bien, c'est loin de tout le monde sur l'océan. Là j'ai une raison de me retrouver seul, il n'y a personne...
Je ne suis qu'en sécurité qu'avec moi même.
Je ne suis en sécurité qu'avec moi même.
Tes mots sont rempli de sens pour moi, tu ne te comportes pas comme moi, mais tu raisonnes comme moi.

J'ai eu plusieurs fuck friend. J'en avais un récemment, mais il s'est tanné. C'est important pour toi d'être touchée ? Pour moi c'est vital, comme respirer. C'est le seul moment où je respire normalement, sans faire de jeu de mots... je me sens plus vivant. C'est me donner le droit d'exister. Mais je déteste les débuts, je suis nul... je n'aime pas la nouveauté, la confiance est difficile, pas savoir si on perd son temps ou si ça vaut la peine... De la viande en avant, je ne suis pas capable. J'ai essayé deux fois, et l'une d'elle j'ai été malade, j'ai dû couper court pour aller vomir aux toilettes et l'autre était traumas-mouton, je l'ai dompé sur un coin de rue en lui disant de débarquer et de dégager. C'est pas vraiment quelque chose dans quoi j'ai trouvé un bien-être. il me faut de la stabilité pour me sentir bien. 

Je ne crois pas en l'amour. D'ailleurs, j'ignore la définition de ce mot. Les câlins de mes chats ca compte ?? L'amour des chats c'est vrai, c'est totalement gratuit. Je ne sais pas ce qu'est aimer... j'en ai une définition sage sans idées romanesques, plutôt sombre et très dépendante. Pour moi c'est choisir de rester malgré les difficultés et essayer de discuter pour dire ce qui ne va pas et voir nos besoins considérés. Moi les femmes je n'y comprends vraiment rien... mais je n'ai aucun doute sur mon orientation. Une femme son corps est sculpté comme celui d'un cheval, c'est plein de belles courbes. Un gars, c'est plus proche du chien qui zigne, large d'épaules et petites fesses. Le cheval a une beauté noble que le chien n'a pas.    

Mes dissociations sont très différente de toi. Je ne trouve pas... Explique plus, plus de détails.
Elles sont trop étrange, me font capoter. C'est le truc le plus étrange et le plus effrayant que j'ai jamais vécue. Pour moi aussi... évidement.
En gros on dirait que mon esprit sort de mon corps. C'est ça pour moi aussi, je me retrouve ailleurs... 
Je ne sais plus qui je suis. Je ne sais pas non plus, je suis un monstre, un sage, un enfant morts... je suis plusieurs et je ne sais même pas combiens.
Je n'ai plus aucun souvenir de ce que j'ai vécu, de ce qui est arrivé hier. Moi aussi... au jour le jour, le moment présent... 
Je ne me reconnais même plus dans le miroir. Je vois passer ma vie sans pouvoir rien y faire, je hais les mirroirs. Ils me montrent que ma vie passe.

Lorsque j'étais Ado j'étais dépendante a l'alcool pour pouvoir m'apaiser. Maintenant avec mes médicaments, j'en prend presque pu. J'ai eu une petite période j'étais dépendante a la marijuana. J'ai aussi essayer : extasy, cocaïne ; j'ai pas trop aime. C'est bien, tu as une belle force.

J'ai déjà été dépendante d'un gars. mais vraiment a l'extrême. Tu crois que je ne comprends pas ? Ça fait 27 ans que je suis avec ma blonde. Je respire par elle, elle est ma vie, je lui dois d'exister.
Lorsque je lui ai dit que j'étais borderline, il m'as abandonné. Je ne sais pas quoi dire... j'ai plus de chance que toi et je trouve ton histoire triste. Il n'a pas voulu autant que toi... je trouve que tu es une bonne personne que tu écris bien, des choses intelligentes... Tu sais tout le tas de trucs positifs et merveilleux qui font de nous des borderlines et qui font beaucoup chier parce que les gens trouvent-ça fantastique nos problèmes... Hé bien tu as vraiment de belles qualités.
Mon esprit est mort, et il s'est ressuscite. Je n'avais plus rien a perde, plus personne a perdre. J'étais juste un corps qui errait...J'aurai préfère tout perdre que de perdre ce gars. maintenant, je ne m'attache plus a personne, tout le monde part en jour.
Tu aimes bien parler avec moi parce que tu es comme moi, tu te reconnais un peu dans mes écrits, je ne vois pas beaucoup de différence avec ce que je dis. Tu as tout à fait raison, tout le monde part un jour. Une morte réssucitée des morts qui fait des rêves, qui quitte son corps pour aller je ne sais pas où... Plus rien à perdre, ne plus s'attacher à personne... Te sens-tu froide émotionnellement ? Les différences entre nous sont les évennements et la façon de se raconter, juste pas les mêmes images mais la même profondeur, tu ne trouves pas ???

Mes dépendances maintenant : somnifères +++, café. Ah! Le café ça compte ??? Je suis un junkie du café.
Je ne sais pas si je suis dépendante de mes médicaments: effexor, car je ne les prend pas toujours, mais lorsque je ne les prend pas pendant un certains temps, je ressent des genre de symptômes de sevrage : nausées, sueurs, étourdissement, insomnie... Ma blonde aussi ça lui fait ça quand elle oublie.

J'ignore si ce sont des talents, mais j'aime bien dessiner, chanter, écrire(poèmes), faire de la décoration.
Oui, je crois que oui... On aime jamais ce que l'on fait. C'est typique.

Je ne crois pas que tu sois fou, si c'est le cas alors moi aussi c'est clairement le cas. Merci pour ton ouverture.
Je ne crois pas non plus que tu sois méchant. Jamais avec toi, c'est une promesse.
J'admire que tu ai autant confiance en toi malgré que tu te sois fait détruire et rabaisser. J'aimerais être rendu a ce point, mais ce n'est pas le cas. Tu vois le jardin du voisin plus vert que le tiens. C'est vraiment de l'admiration mal placée... Je ne souffre pas moins que toi, je me gèle tout les jours pour m'endurer. Je n'ai pas dit que je fumais rarement, j'ai dit que je ne crois pas avoir de dépendance avec ça... Tu prends d'autres choses, d'autres solutions pour avoir le même résultat.
Aimer vouloir être rendu à ce point, tu as une terre fertile pour ça. Tu n'as peut-être juste pas fait le même choix. Ma confiance est déficiente, elle est dangereuse et surévaluée. Je peux crever à peut près n'importe quand... parce que mon cerveau fait des erreurs de logique qui invalide ma pensée, comme un ordinateur qui fait des erreurs fatales.  
   
Tu ne me choque pas du tout, rien ne me choque mis a part l'ignorance, la stupidité et la cruauté animale. La cruauté envers les animaux ou la cruauté des animaux carnivores ?

De quoi suis-je le moins heureuse dans la construction de moi. eeee, je dirais tout Si je peux te demander comment tu te vois, comme une victime, comme un prédateur, ni un ni l'autre ou les deux en même temps ? 

Je t'explique mon choix logique, ce n'est pas un modèle à suivre :
Si je suis rendu à vouloir me foutre en l'air parce que ma vie est insuportable, pourquoi je ne choisis pas d'en faire ce que je veux ? Qui va m'empêcher ? C'est qui le clown qui va venir se mettre devant moi pour me dire que c'est lui qui va me dicter ma vie ? Je risque quoi... mourir ??? C'est une joke ? La personne qui veut me contrôler, veut-elle jouer sa vie contre la mienne ? La réponse c'est toujours non. Je n'ai plus peur de rien, pourquoi j'aurais peur ? Le pire qui va m'arriver c'est que je vais mourir, et je vais mourir de toute façon. Je suis libre... je dirige ma vie et j'en ai rien à foutre des droits que les autres se donnent sur moi. Personne n'a de droit et de pouvoir sur moi. Tu comprends ? C'est de l'autodestruction sauvage... chaque fois que je croise un policier, je suis frondeur et dominant... je me fout qu'il ait une arme, je respecte ce que je suis, mes choix, et j'essaie de vivre avec cohérence entre ma pensée et mes gestes. Tu vois, si ma pensée est contraire à mes gestes, mon cerveau fait une erreur fatale. Je m'évapore en dehors de mon corps, directement en enfer. Le monstre domine tout, si il tombe je suis mort.

C'est quoi ce monstre ? c'est les choix d'un gars de 19 ans avec 400 aspirines dans le ventre, en train de crever. C'est quoi des limites ? Il n'y en a pas. Je ne suis plus une victime, je suis un vengeur qui voudrait crée une autre race de victimes (celle des abuseurs). Devant un homme je me présente toujours avec réserve et assurance peu importe sa taille ou son statu social. Devant un juge c'est sûr que je vais me payer la traite, si je paie $80 c'est pour avoir un show qui vaut $80... Une face de con remplie d'expressions c'est très drôle à voir. J'ai un don pour le mépris, c'est une spécialité chez moi.

Ma confiance en moi, c'est un écran de fumée. C'est un crime que l'on se fait soi-même que de choisir d'être soumis, d'accepter de gâcher sa vie. J'ai 48 ans, ça va faire 30 ans que je suis comme ça et je n'en suis pas encore mort, donc c'est fonctionnel, je peux vivre comme ça. 
Je cherche à trouver une façon de modérer mon agressivité et mon arrogance. Je suis beaucoup trop réactif et je riposte trop baveusement. Je peux continuer plus facilement si je contrôle mieux, sans manquer de cohérence avec ma pensée. Je ne vends pas ce que je suis à aucun prix, je ne veux pas vivre comme les autres, suivre la médiocrité de leurs chemins.     

Tu vois, c'est facile de devenir comme moi, de ne plus être victime et devenir son contraire. Tu es morte une fois ? Je crois qu'il doit y avoir d'autres fois dans ton enfance ou tu es morte. Une peine d'amour ne rend pas borderline, à la limite, aux frontière de la nuit, pour toute la vie sur la corde raide. Une aussi grande dépendance vient de trucs très loin dont on ne garde que des handicapes sévères... maman papa.  
C'est toujours ça...

Comme moi ta "douleur" te fait voyager ailleurs. Raconte-moi qu'est-ce qui se passe quand tu t'évade de ton esprit... Là encore, même si c'est différent... je crois qu'il y a des ressemblances.





Dernière édition par Admin le Mar 29 Oct - 02:02 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 13:09 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

J'arrête pas de me tromper... Je croyais que les parents déficients étaient typiques à la génération des babyboomers. Je pensais qu'il y avait une cause à effet dans le fait que cette génération avait quitté la vie en campagne (une vie simple avec un rythme normal) parce qu'ils voulaient être autre chose et vivre autrement que leurs parents. Ils voulaient tous devenir roi du monde. Le genre de mentalité que : tout m'es dût, tout m'appartient, moi moi moi... L'ère industrielle et les esclaves pour les servirs c'est eux qui l'on crée. C'est plein de bonne chose, mais c'est aussi plein de marde.

Les parents de la génération "X", les enfants de la bande de cons de babyboomers, elle est aussi appellée la génération sacrifiée. Ce n'est pas sans raison... Les rois du monde s'en foutaient de leurs enfants, ils n'avaient des yeux que pour eux et leur grandeur. Ils n'ont pas transmis de bonnes valeurs aux autres générations et ne sont pas capable de s'en rendre compte.
C'est la médiocrité institutionnalisée et généralisée. Les jeunes d'aujourd'hui qui manifestent contre ce régime, je les trouve fantastique, mais que veulent-ils changer ? Le monde ou les jeux de pouvoir pour s'en donner et reproduire ce qu'ils ont appris ?

Je n'ai pas fait d'enfant, pas que je n'en voulais pas... j'en voulais vraiment, mais je suis dysfonctionnel et pas très équilibré. Ne pas reproduire ce que nos modèles nous ont montrés est très difficile, je trouve inacceptable de faire des enfants si il y a un risque important qu'ils soient détruits par l'inconscience de leurs parents. Avoir eut des enfants, j'en aurais fait des monstres antisociaux, je les auraient rendu paranoïaques et méprisants de la nature humaine. Bref, à travers mes carances et mes taumas, je les aurais possiblement bousillés. Ma blonde me dit que j'aurais été un père fantastique et très humain, très conscient et lucide. Il me manque quelque chose pour ça... des sentiments.

Il faut être franchement fou pour mettre au monde des enfants dans notre monde. À ta naissance, à partir du moment que tu t'es mise à respirer, on s'est féliciter d'avoir créé un nouveau contribuable consommateur qui allait faire fonctionner le monstre de la société. Tu n'avais même pas les yeux ouverts qu'on calculait déjà ta dette devant la société... Tu naîs et respire ? Tu nous dois $35 000 parce que tu existe. La valeur sociale de chaque individu n'est regardée que de manière financière pour nourrir les plus gourmands. Les parents ils veulent quoi ? Que leur enfant soit avocat, pour l'argent, l'image, le statu social et le prestige. Criss... c'est quoi un avocat ? C'est quelqu'un qui a mal tourné, qui n'a aucun sens morale ni aucune valeur. La seule chose qui compte pour lui c'est gagner sa cause peu importe qui il défend. Tu as de l'argent, tu es innocent. Tu ne paye pas le système, tu es coupable. Un homme en Mercedez qui écrase un clochard, il rend service à la société... il ne sera pas condamné. Un homme en Ford qui écrase un policier, il tue un serviteur du système... il sera condamné sans équivoque. Ça c'est la justice.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 13:28 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

L'amour et la définition de l'amour... C'est de la marde. L'amour est la chose qui va faire le plus de mal et de ravages dans la vie d'une personne. Le problème n'est pas d'aimer, mais de ne pas l'être en retour. L'amour chez plusieurs c'est d'essayer de te convaincre que les coups de pieds dans la face qu'on te donne pour te soumettre c'est de l'amour. Je fais quoi moi ? Je donne des coups de pieds dans la face du monde, mais j'ai au moins l'honnêteté et la franchise de leur dire que je les aime pas. Ma pensée va avec mes gestes et comportements, je suis cohérent.

Ils ont fait des tests sur des bébés pour voir à quel âge ils comprennaient les émotions et la cohérence. 3-4 mois, et si l'expression du visage devant eux n'est pas cohérente avec les comportements de cette personne, les enfants deviennent perturbé, perplexe et cherchent ailleurs à être rassuré par une référence valable. Ils ont une conscience... ils voient l'incohérence. La société est incohérente, et elle se gratifie du titre de modèle à suivre. Normal qu'on soit tous fous dans cette construction fautive.

Je ne me trouve pas fou du tout... je crois que c'est même sans doute un problème. Je ne suis pas comme tous les fous inconscient qui m'entourent, je vois et je comprends très bien ce que je regarde.


Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 09:16 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Moi non  plus, je ne veux pas d'enfant. Je ne souhaite a personne de vivre ce que j'ai vecu. 
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 10:40 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Tu es dans une drôle de génération. Les gars sont vraiment des cruches vides...
Des chest/bras qui disent des trucs du genre : regardez-moi je m'entraîne, regardez-moi je suis soufflé comme un popcorn, regardez-moi je me pense beau comme un dieu, regardez-moi je n'ai pas de sujet de conversation en dehors de moi-même, regardez-moi je suis sensible... On voit bien les parents débiles qu'ils ont eut pour en faire des épaves vides et sans esprit.
Ma nièce ne supporte pas les débiles de sa génération... C'est juste des queues qu'elle laisse après usage et c'est très bien comme ça.


Dernière édition par Admin le Mar 29 Oct - 02:15 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Lun 28 Oct - 20:40 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Je l'aime deja ta niece... je fais pareil qu' elle !!!!!! Smile
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 29 Oct - 00:40 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Je trouves que vous n'avez vraiment pas la vie facile dans votre génération.
Vous êtes la génération "Z"... il y a quoi après ? Rien. C'est la dernière lettre de l'alphabet.

Il paraît que les gars ne vont plus vers les filles, que les filles doivent se forcer pour aller faire les premiers pas et risquer de se faire dire non... C'est un revirement de situation total, jamais avant ça n'a été comme ça. Au lit est-ce qu'ils ont encore des couilles ?

C'est sans lien avec toi et le respect que je te porte, mais j'ai un peu de plaisir avec cette situation de ta génération.
Un fille obligée de faire les premiers pas et de risquer se faire rejeter, se faire dire non... J'ai tellement eut mal à cause de ça, des filles qui restent assises sans rien faire, qui te regarde de haut en bas en te jugeant, se premettant des propos insultants et qui te crachent dessus gratuitement, alors que je leur fais le compliment de m'interesser à elles. Ça donne le goût de recommencer, j'ai fini pas devenir insensible pour me protéger, j'ai fini aussi par mépriser ce qui me méprisait et me détruisait. Avant les filles ne se rendaient pas compte de la profondeur des blessures qu'elles infligeaient... maintenant qu'elles goûtent à leur médecine, elle savent ce que ça fait. C'est juste, égalitaire (l'égalité des sexes), ça donne une conscience devant le devoir de respecter celui qui prend son courage, remplis d'espoir, qui viens nous dire qu'il a un coup de coeur pour nous, que nous lui plaisons. Ce n'est pas logique de mépriser quelqu'un qui nous fais un compliment, même si c'est Casimodo ou le pire des attardés.
"C'est très gentil, merci, mais... non. Tu vas être mieux avec quelqu'un d'autre." Ça c'est le genre de réponse correct et respectueuse. C'est éviter de blesser gratuitement. Il y a beaucoup de connes superficielles et juste méchantes. Il y a aussi des femmes blessées qui se vengent, ça c'est plus comprennable... il faut que ça sorte. C'est la même chose chez les hommes. Une chance qu'il y a des prostituées, ça évite beaucoup de viols. C'est une forme d'équilibre social important.  

Je dois changer des choses dans ma vie, corriger des erreurs... essayer de ne pas en créer d'autres. Mais je dois respecter l'intégrité de ce que je suis et de ma pensée pour que tout reste en équilibre. Ma blonde me trouve crocmanion, elle ne dit pas ça de ma tête, mais pour mes comportements. Je suis sans manière, trop direct, je dis trop ce que je pense tout le temps sans réserve. Je n'ai pas beaucoup de délicatesse, elle me le dit souvent... je crois que tu as remarqué. Je ne sais pas séduire, je ne sais pas du tout... je ne comprends pas comment faire, je ne comprends pas la mécanique de la chose. J'ai besoin d'un prof, tu es une fille. Peux-tu m'expliquer ? Le trouble antisociale ça déconnecte vraiment du reste de la société, je me suis vraiment fait massacré.

C'est quoi la délicatesse pour toi ? Est-ce que tu cherches le prince charmant ? Est-ce que tu crois qu'il existe ?
Personnellement, je crois que c'est du bourrage de crâne social, une image dénaturée de la réalité.
Je suis resté étonné devant un reportage sur une tribue africaine matriarcale (dirigée par des femmes, l'homme y étant soumis). Les mères commencent à montrer à leurs filles âgées de 12 ans à sucer des queues en bois dans lesquelles elles versent de la crème !!! Heuuu... ici ça ne passerait pas, la morale est différente, les gens sont dénaturés. En Europe, il était coutume qu'une femme montre à un jeune comment ça marche une fille pour en faire un bon baiseur. Je n'y vois pas de problème... Est-ce que je manque de morale ?

Pourquoi il faut tant se faire chier à jouer un rôle qui est faux pour faire de l'esbrouffe et avoir du sexe ? Pourquoi ce n'est pas correct de dire "tu me plais, j'ai envie de toi" tout simplement. Pourquoi une telle démarche ne peut pas être considéré interessante et viable à long terme parce qu'elle commence par le cul ? Je ne comprends pas, je n'y comprends rien. Comment on fait pour séduire ? C'est bizzard comme questions... ma vie est remplie de vide.  

La compagnie de ma blonde a juste des employées filles. Étrangement elles sont toujours très belles, splendides. Je suis un peu comme James Bond, toujours entouré de belles filles. Mais à aucune je ne parle comme je te parle. Je ne sais pas si c'est bien. Le parano il te fait confiance parce que tu souffres comme lui, avec autant d'intensité.
Avec toi je suis blanc comme neige, il n'y a pas de noir.


Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Mar 29 Oct - 18:13 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Triple dose d'effexor et toujous pas plus capable d'endurer ma mere. Si t'as fait un enfant pis que tu l'as detruit, ben assume pis arrete de dire que c'est moi qui te detruit. C'est toi qui m'as creer pour que je sois comme ca. Donc tu es la seule responsable de ton malheur. La prochaine fois tu y pensera 2 fois avant de couche avec n'importe quel cave, pis criser tes pillules contraceptives au poubelle en esperant que il y en ai un qui te mettre enceinte. Va t'acheter une poupee qui parle pis qui fait pipi et amuse toi a la demembrer au lieu de jouer avec la vie de vrai etre vivant.
.
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 29 Oct - 23:18 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Puis la triple dose ça doit être un drôle de buzz Shocked
Tu as encore des relations avec tes parents ?
C'est tellement vrai ce que tu dis et je te comprends très bien. Ma mère aussi elle jouait à la poupée... et quand il y avait le moindre problème elle ne voulait plus jouer. Elle laissait ses poupées s'arranger et manger la marde à sa place et quand la marde était passée, elle voulait rejouer avec ses poupées. Bref, une criss de folle égocentrique et irresponsable. Des enfants ce n'est pas des jouets que tu joues avec quand tu en as envie et sur qui tu te libère de tes obligations.
Pour elle, mes problèmes c'est mes affaires, elle n'a rien à y voir et refuse d'en discuter. Elle a même le culot de me dire que je suis chanceux d'être borderline, que c'est une maladie fantastique que j'ai attrapé par hazard... comme la peste.
Elle a des chats qu'elle laisse crever, elle les utilise et quand ils sont vieux avec des problèmes de santé, elle les abandonne et trouve ça merveilleux... C'est la nature. Elle fait la même chose avec tout, ses chats, ses animaux, ses enfants, ses chums. Un problème et oups elle est partie....
Elle a le culot de dire qu'elle attend que l'amour revienne dans mon coeur... elle a juste fait de la marde dans ma vie, alors elle va attendre longtemps si elle refuse de voir son implication directe dans mes problèmes de comportement et le poids de ma vie.
Elle n'a jamais levé un doigt pour me protéger, elle s'est servi de moi comme d'un bouclier humain... C'est de la criss de lâcheté. Elle m'a laissé crever de faim sans même se donner la peine de savoir si je réussissais à survivre par moi-même quand j'ai quitté la maison de mon boureau de père à 16 ans. Elle s'est toujours foutue de ma vie et des impacts de sa connerie sur ses enfants. J'ai bien appris ma leçon, je suis un enfant de chienne, un fils de pute... la chienne de pute c'est ma mère. C'est comme ça que j'ai été dressé.


Dernière édition par Admin le Mer 30 Oct - 00:38 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 29 Oct - 23:57 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

C'est très difficile comme émotion et sentiment de comprendre et accepter qu'on a pas de parents.
Ça laisse un vide impossible à remplir avec d'autres choses. Mais un vide rempli de vide c'est mieux qu'un vide rempli de marde. Laisse-toi pas empoisonner, c'est trop facile de mettre la faute sur ton dos et t'en faire porter le fardeau. C'est toi la mauvaise personne, celle qui doit avoir des sentiments coupables parce que tu te comporte en salope  Very Happy , et eux sont pure et sans aucune faute. Bébé et enfant tu as eut un toit et un peu à manger, alors le reste c'est ton problème. C'était à toi de changer tes couches toi-même si tu ne voulais pas vivre dans la marde... Fais le ménage, tes parents ne valent sans doute pas plus que tes queues de passage. La perspective de crever vieux et seul, ça aide quelques fois à donner une conscience. Si ça n'en donne pas, et bien c'est un juste retour d'ascenseur, une douce petite vengence... Ils ton laissés crever seul sans t'aider et sans être là pour toi, alors pourquoi tu serais là pour eux ? Tu vas te faire mal à continuer à fréquenter des gens qui ne te veulent pas du bien, parce qu'ils sont incappable faire du bien. Ce n'est pas de leur faute, ils sont comme ça... ils ne vont pas changer et devenir ce que tu attends. Si à leur âge (sans doute le mien) ils n'ont pas développé une conscience, ça ne va pas naître du vide de leur tête comme par magie.

Je veux que tu saches que je suis avec toi, je veux t'aider à t'aimer (parce que moi j'aurais beaucoup de facilité à le faire). Tu as une vie de marde, mais tu es une fille que je trouve très bien... tu as une belle pensée, une belle façon de voir les choses, une belle conscience... tu es brillante. Je ne dis pas aux gens que je les aime, je ne dis jamais ce genre de truc. Je ne sais pas vraiment c'est quoi aimer, pour moi c'est une notion invalide dans ma famille, je n'ai pas de modèle crédible. Mais ce que je ressens pour toi est différent de ce que je ressens pour le monde ordinaire.
Nos états borderlines sont reliés à un manque d'amour flagrant. Quand tu m'écris, pour moi c'est me donner un peu d'amour (peu importe ce que tu écris). Alors c'est sans flafla et tralala que je te dis que je t'aime bien, que tu vaux la peine d'être considéré dans ce monde de marde, et que dans ma vie il y a une petite place pour toi dans mes pensées quotidiennes.
Même si un jour tu n'écris plus et que tu délaisse mon site, je vais penser à toi comme une bonne personne que j'ai eut la chance de rencontrer. Alors si tu vis des jours de solitude et de détresse, j'aimerais que tu penses un peu à moi qui t'aime bien, qui te donne une valeur dans ce monde perdu. Hééé ! Il y a un vieux pépé qui voudrait avoir 20 ans de moins pour être avec toi Very Happy . C'est bien non ? Ok, les trips gériâtriques ce n'est pas ton genre, mais savoir qu'on peu plaire autant en dedans qu'en dehors... ça compte. Tu es une bonne personne, sois-en convaicu.  Si tu étais de la marde je ne prendrais pas la peine de t'écrire.


Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 00:54 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 J'ai encore des relations avec mes parents, mais le moins possible pour ma santé mentale. Les valeurs de famille sont loin sur ma liste, voire inexistantes. Toutes les personnes que j'ai côtoyées me parlaient de leur famille avec tant d'enthousiasme, de tout ce qu'ils ont pu faire ensemble et de combien ils ont hâte aux fêtes comme Noël par exemple pour se réunir. Et je les regardait toujours de la même façon. Je ne crois pas que c'était de la jalousie, peut-être plus de l'incompréhension. Si je suis incapable de comprendre les normaux, alors c'est logique qu'ils ne me comprendront jamais. Je faisait tout mon possible pour essayer de comprendre ce qu'ils disaient mais je n'y arrivait pas, comme s'ils parlaient une autre langue.

Quand les autres me parle de leur petits problèmes anodins qui n'ont rien a voir avec les miens, avec ce que j'ai vécu, que je sais qu'ils ne comprendront rien a ce que je vais leur raconter, alors je me tait tout simplement. Quoi faire d'autres, parler, crier dans le vide  et être différente ou se taire et ne jamais parler et être différente. Peut importe ce que je ferai, je serai toujours différente et incomprise des gens ordinaires et vide de sens.

Comment as-tu réagis lors de la mort de ton père, as-tu ressenti quelque chose
Pour ta mère, je te dirais : Ce qui donne la vie, peut aussi la reprendre.
Est-ce que je vais me réveiller un jour avec le sentiment que j'aurais du entretenir la relation avec mes parents : Je n'en sais rien. Est-ce que ca me fait peur : oui, absolument...
Pourquoi l'être humain a tant peur de la solitude.  Est-ce que c'est a ce point dangereux : Je n'en ai aucune idée, malheureusement.

Merci d'être l'a. Grace a toi, j`ai appris à en plus cacher mon coté sombre en le laissant me détruire de l'intérieur. Je n'ai plus honte, ni peur de l'exprimer et je l'accepte.
Moi aussi je t'aime bien en tant que borderline. Tu as une intelligence unique.(peut-être trop pour certains moutons vide de sens). Tu es intègre, tu ne chercher pas à berner, ni manipuler, ni détruire personne, seulement à faire régner la justice.
 J`adore ta façon de penser, tout ce que tu dis est pour moi une vérité absolue, J'adore comment tu appelle les gens ordinaires des normaux. Comme si c'était eux qui étaient dans un monde a part. Est-ce qu'on se rappel de ce qui est ordinaire : non, en aucun cas.
Je ne vois pas pourquoi je m'attacherais à quelque chose de commun que l'on retrouve n'importe ou, que je peux remplacer en un claquement de doigt. Par contre j'accorde beaucoup plus d'importance à quelque chose de rare, d'unique, d'exceptionnel...
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 16:15 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Je comprends très bien ton sentiment, j'ai le même... Les gens me parlent de leur famille, de comme c'est bien d'en avoir une, qu'ils ont une belle relation. Je comprends un peu le principe, je les écoute et je ne comprends pas pourquoi moi je n'ai pas eut le droit à ça. Je ne peux pas dire que c'est de la jalousie, oui c'est un peu une déception... J'aurais bien aimé moi aussi avoir une famille, des attaches, des liens, mais bon... ma vie c'est autre chose. Comme je n'ai pas d'image dans ma vie qui correspondent à ce que les autres racontent de leurs relations familiales, j'en ai une totale incompréhension. Quand je les écoute, c'est  Question , juste du vide. Ce qui est vide de sens c'est ma relation familiale. Quand les autres me voient agir et parler de ma famille avec autant d'indifférence et de mépris, je fais figure de monstre, c'est incompréhensible aux yeux des autres. Ta mère t'aime et ton père aussi, comme tous les parents sur cette planète... C'est ce que l'on me dit. Ceux qui prétendent que des parents ça aime ses enfants sans restriction ne voient que par leurs yeux selon leurs expériences et leur réalité (qui n'est pas la mienne). Alors ils ne comprennent pas comment c'est possible d'avoir des parents qui détestent leurs enfants au point de vouloir les éliminer. Ce n'est pas possible selon leur concept de la réalité, même si c'est une réalité sans concept dans nos vies.

Me faire dire que je fais erreur, que c'est moi le méchant, que mes parents m'aiment... par des gens qui regardent leur propre vie et n'ont aucune idée de la mienne, c'est dans le très ordinaire. Mon père a juste essayé de me tuer plusieurs fois, ça doit être parce qu'il m'aimait. Est-ce que quelqu'un veut que je lui donne de l'amour de cette façon ? Si oui levez la main, je vais vous régler votre cas définitivement et vous me direz si vous trouvez que c'était de l'amour ou de la haine. 

La mort de mon père, c'est la fin d'un mensonge. Je n'ai pas eut de relation avec mon père dans mon enfance, je n'avais pas le droit d'exister. Il faisait des crises d'exemas en présence d'enfants, il détestait les enfants. Pour lui c'était des sacs à merde nuisibles et il fallait être inconscient et stupide pour en faire. C'est le discours que j'ai entendu toute mon enfance. J'ai commencé à avoir une bonne relation avec lui quand j'avais autour de 21 ans. J'étais adulte et j'avais la capacité de soutenir un discours d'adulte, et surtout... j'étais autonome, sorti de sa vie. Je voyais mes parents seulement pour les fêtes, rarement dans d'autres occasions. De 21 ans à 42 ans, j'ai cru que mon père avait changé, qu'il avait compris bien des choses, qu'il regrettait un peu ses fautes et ma destruction. Je l'ai aimé, j'ai eut du plaisir, des soupers animés avec de l'humour... une très belle relation. Sur son lit de mort, il m'a craché dessus et méprisé comme dans mon enfance, j'ai vu le mensonge de toute une vie venir me péter dans la face.

Je l'ai vu mourir devant moi sans savoir quoi ressentir (peine ou rage). Je me sentais totalement vide de sentiments et d'émotions. Je ne ressentais rien, je n'ai même pas pleuré. J'ai agis selon mon sens moral et mon éthique, avec ma raison. Mécaniquement et philosophiquement, je me suis occupé de sa dépouille, j'ai changé ses vêtements, je l'ai lavé et habillé... par respect pour cette vie fini et la mort. J'ai fait pour mon père ce que lui n'a jamais fait pour moi, je l'ai respecté jusqu'à son dernier jour. Je suis meilleur que lui, meilleur qu'il ne l'a jamais été dans toute sa vie. Je ne lui dois rien, et si je lui dois quelque chose... ce n'est que du mépris.
Je suis resté une année avec la dernière photo de lui sur son lit de mort en temps que fond d'écran sur mon ordinateur... Pourquoi tu m'as fait ça mon osti de salop ? Pourquoi tu souris et que tu sembles serain devant ta mort annoncée ? J'avais plein de questions sans réponse qui remplissaient ma tête.

C'était le début de ma dérive... L'enfer de mon enfance revenait en force prendre mon esprit sans que je ne sache comment faire pour éviter de déraper. Les questions posées à ma mère n'ont faites qu'empirer la problématique (j'ai compris qu'elle était complètement folle et déconnecté de toute forme de conscience). Ma psy m'a demandée de lui faire confiance et de lui ouvrir la porte de mon enfer (elle en avait vu d'autres qu'elle disait). Si je fais ça, je vais en crever. Je ne serais jamais capable de refermer cette porte... je suis mort une fois en le faisant, tu vas devoir m'aider... que je lui ai dit. La porte ouverte, elle a paniqué, complètement dépassée par les évennements, elle s'est faite clancher... Surprise ! Bienvenu en enfer... Ça fait 7 ans que je suis retombé en crise et je n'ai aucune pose, c'est stable et constant. Je suis dans l'enfer de mon enfance et même adulte je n'arrive pas à endurer et gérer ce cauchemar, je vais en crever. Je ne sais pas comment j'ai fait quand j'étais enfant pour survivre à ça... C'est démesuré.

Le sentiment étrange de la crainte de regretter ne pas avoir entretenu de relation avec ses parents peu importe comment ils sont et leurs carences... je l'ai moi aussi. Si je croise ma mère dans la rue après 10 ans sans l'avoir vu, je risque de ne même pas la reconnaître. Un petite vieille ratatinée qui te regarde avec détresse et regrets, il y a des quoi y voir une image troublante et très culpabilisante. Je suis le pire des salops, je vais le regretter, c'est ma faute, mon choix...
Non... Je ne porterais pas la culpabilité et la faute de la situation. J'ai été clair et direct dans ce processus de fin de relation avec ma mère. Je n'ai pas fermé la porte, si elle veut me revoir, elle doit faire l'effort de venir s'expliquer devant moi, de venir discuter avec moi et elle se doit de faire un effort de conscience devant les conséquences de ses comportements. Si elle refuse, c'est son choix... pas le miens. Donc il devient clair que si elle ne fait aucune démarche pour régler SA situation, c'est qu'elle ne m'accorde pas autant d'importance qu'elle le prétend. Refuser de venir s'expliquer, pour moi c'est un nouvel abandon (ma marde... arrange-toi avec, je suis une mère comme ça).
Je ne vais pas faire comme si tout était parfait dans un monde parfait. Si je fais comme si rien ne s'était passé, c'est comme si je lui disais qu'elle peut continuer à abuser de moi et que ce n'est pas grave... C'est grave, c'est catastrophique, aucun parent digne de porter ce titre ne se comporte comme elle, donc je ne vais pas poser ce geste.
Est-ce que je vais regertter ? Bien sûr que je vais regretter... Mais je vais regretter quoi ? Je vais regretter que ma mère n'ait pas été en mesure de choisir de me faire exister dans sa vie, parce qu'elle en est incapable, ce qu'elle ressent ce n'est pas de l'amour (c'est un besoin de sécurité financière sur mon dos). Le choix ne m'appartient plus, c'est son fardeau, pas le mien. Les regrets... on verra plus tard.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 17:35 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Merci beaucoup pour tes compliments, je les accepte avec respect, car ils sont faits avec le coeur sur la main. 

C'est par toutes les normes transgressées que je sortirais de mon enfer. Se conformer aux normes du diable c'est choisir son éternité dans son royaume.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 21:01 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Merci pour tes commentaires sur Facebook.
J'ai des tendances pyromanes. J'aime beaucoup le feu, c'est un plaisir primitif (l'âge du feu ancré dans la génétique...).
J'ai une certaine insensibilité aux brûlures légères, on pourrait dire une tolérence assez grande. J'aime toucher le feu.
J'ai foutu le feu une fois à ma maison en bois, avec du Naphtha. Un feu majeur de 10 pieds de large par 20 pieds de profond avec des flammes de 3 pieds de hauteur. Très, très, très impressionnant... Le combustible a brûlé très vite avec beaucoup d'intensité sans avoir le temps de dégager assez de chaleur pour faire brûler le bois. Tout c'est éteint sans aucun dommages.
Mes bateaux je les ai tous coulé et brûlé une fois chacun. C'est comme un rituel qui m'assure de ne plus jamais revivre ce problème une autre fois avec le bateau qui y est passé (c'est une routine involontaire). J'en ai un qui est classé Bristol (meilleur que neuf) et l'autre qui est une épave à reconstruire.

J'adore le feu, quand j'avais 13 ans j'avais fait une rédaction sur la crémation pour un cours de français. Mon prof avait capoté... trop de détails, trop macabre et répuniant. J'expliquais tout avec beaucoup de détails. À 2000 degrés, la tête fait comme une bouilloir qui ne peut pas évacuer la pression de la vapeur... elle explose. Les cendres humaine sont plus lourdes et grasses que la cendre de bois du cerceuil. Le système de ventilation évacue les centres plus légère et ce qui reste est balayé dans le vase. C'est un résumé très court. Mon travail faisait 4 pages si je me souviens bien. Il était plein de sang et de scène macabres. Laughing  Le con il m'a regardé tout trauma, il voyait bien que j'étais complètement sauté avec un peu plus qu'une 2 watts allumée dans la tête. Au secour ! Allume !!!! Un kid comme ça tu ferme pas les yeux et t'en parle pas à personne... tu l'aide. Tu en parle pour qu'il soit entouré par les bonnes personnes, pas des cons à qui tu refile le problème. 

Tu as plusieurs Facebook ? Weezer est-il encore vivant ? Je ne cherche pas sur toi, je suis tombé sur le résultat d'une recherche google sur nyxborderline et il y avait des résultats Facebook. Ça m'a surpris... Je ne pouvais pas aller voir à cause du système à mon travail. Puis j'ai oublié. J'aime bien le mot avec la photo de la fille avec un coeur gravé dans la peau de l'épaule. Ta petite chauve-souri mauve est là...
Je suis content de voir le feu et le dragon... Tes symboles sont prédateurs, tu es puissante. Tes mots aussi le laisse voir. Tu n'es pas née pour être victime...  


Dernière édition par Admin le Ven 1 Nov - 22:25 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 21:30 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 atteint .. Quel commentaires sur Facebook, je comprend, pas . J'y vais même pu pis comment ca plusieurs Facebook ... non j'ai pas plusieurs Facebook, je comprend pas, c louche.
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 22:25 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

salut

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 22:28 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Je ne sais pas... je suis tombé par accident, sur Facebook et il y avait ta petite chauve-souri mauve avec TPL dessus.
Ça ne se vend pas comme ça les chauve-souri mauve... avec TPL écrit dessus.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 22:42 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Je ne connais pas Facebook vraiment... je n'ai pas d'ami de ce côté-là.
On dit que les gens qui n'ont pas beaucoup d'amis facebook ont des problèmes mentaux. Très drôle...   Shocked
On dit aussi que les gens qui n'ont pas un gazon vert ont des problèmes mentaux... Very Happy
Est-ce que quelqu'un s'est déjà demandé si c'était un malade mental qui disait toutes ces choses là ?  Laughing


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 22:52 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Constatation, il y a quelqu'un comme nous qui reste silencieux et qui nous aime bien...
Si tu veux, je peux mettre ta section avec un mot de passe pour entrer et lire.
Moi ma vie est un livre ouvert, il suffit de lire le roman. C'est comme un roman interactif.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 22:53 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

Il y aura toujours des personnes qu'on ne comprendra pas, mais elles aussi ne vous comprendront jamais, même si au fond vous venez tous du même monde!



Borderline à l'os...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 23:44 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

va voir dans tes nouveaux messages, en haut au centre....

Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Mar 5 Nov - 22:44 (2013)    Sujet du message: Écrire Répondre en citant

 Ha ok, je vois de quoi tu parle, j'avait fait cette page pour me défouler quand j'étais ado  et je l'ai actualisée pour me défouler encore une fois lol. Tu vois j'étais déjà borderline dans mes propos avant même d'être diagnostiquée.
mais j'ai jamais pu être moi-même, parce que tout ce que  j'aimais étaient mal vue et tout ce que j'étais ne pouvaient exister. Mon seul but était d'atteindre quelque chose qui n'existe pas : La perfection.
alors j'avais 2 personnalités : L'une étais ce que les autres voulaient voir et l'autre étais moi tout simplement...
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:44 (2018)    Sujet du message: Écrire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> Mia Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 512, 13, 14  >
Page 4 sur 14

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com