tpl borderline Index du Forum tpl borderline
Pour ceux qui veulent savoir, se comprendre ou comprendre un proche atteint du trouble de la personnalité limite... bienvenu dans mon enfer.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Souffrir d'être différent
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> L'isolement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 1 Juil - 13:24 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Le problème dans la vie de plusieurs, c'est d'avoir été isolé. Donc d'avoir manqué d'images valables pour nous construire.
L'isolement dans les services prychiatriques, être enfermé dans une cage en verre... "Plus jamais..."

Le rejet, le mépris, la violence physique et verbale, les abus, l'indifférence des autres devant notre détresse, devant nos cris pour être sauvé... c'est vous contre la société. Vous êtes marginalisé, parce qu'on vous a abandonné et que vous refusez de servir vos bourreaux, de jouer à l'esclave qui se soumet volontairement à des règles qui n'avantagent que la structure... pas la vie qui est dedans.
Je suis très sociable, j'entre facilement en relation avec les gens. J'ai beaucoup de facilité de ce côté. Je n'ai pas peur.
J'ai une tendance naturelle au mépris de la race humaine, ceux qui sans critique, sans conscience, suivent et se confroment à la petite règle. Mais je ne méprise pas du tout les autres, je les aime et essaie toujours de les aider. J'évitais de juger ouvertement de crainte qu'on ne comprendrait pas mes propos. Mais c'est plein de gens qui disent la même chose Smile

J'ai beaucoup de contradictions... Je suis totalement anti-sociale, sauvage... j'entre facilement en contact avec les autres parce que je ne ressens rien, jamais. Je n'ai pas d'attaches, rien qui me lie aux autres (sauf les TPL et les exclus). Je n'ai aucun sentiment d'appartenance, je ne ressens pas de liens familiaux, je suis né de moi par moi.

Il devient plus facile de comprendre le sentiment de solitude qui vient avec la construction d'une personnalité borderline... vous êtes un peu comme un martien, un bonhomme vert avec des tentacules, qui essaie de faire comme si il était comme tout le monde... normal sur Terre parmi les terriens. Vous êtes isolé et seul de votre espèce... vous aurez beau vouloir être humain, cacher le vert de votre peau sous du fond de teint couleur chair humaine, vous resterez quand même un martien. Peu importe les chirurgies plastiques pour faire disparaître vos tentacules... un martien reste un martien. C'est ce qu'il est.

Nous le vert, il est plutôt noir. Je ne suis pas seul à être comme ça, vous êtes plusieurs... 2% à 10% de la population.
C'est énorme de prendre conscience qu'autant de gens souffrent de ce problème sérieux, un problème de société engendré par la peur de la différence, la discrimination et la haine.


Dernière édition par Admin le Dim 6 Mar - 21:22 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Juil - 13:24 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Dim 28 Juil - 11:07 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Il y a un point qui m'est très familier dans ce que tu écris, un point où je me reconnais terriblement. Je suis moi aussi très sociable, assez charismatique, les gens ont confiances en moi et rapidement m'apprécient. Il m'arrive même de passer de très bons moments avec certains. Mais en vérité, je passe mon temps à les observer bien blottie dans les miasmes de ma conscience malade, je les dissèque, les juge, les condamne. Je méprise la plupart des êtres humains et quand un semblant de ressemblance avec eux se profile, je me méprise aussi. Je n'aime pas les gens. Ce troupeau de bêtes beuglantes et répugnantes dociles et conformistes. En revanche, je ne suis pas anarchiste. j'essaie accepter certaines règles. Si on me disait tu peux faire tout ce que tu veux, aucune loi ne te punira, je ne suis pas très sûre du résultat...
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 29 Juil - 03:17 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

C'est bien, il y a des similitudes et des différences.
Tu semble très cultivée, tu vis dans un pays rempli d'histoires...
j'aime beaucoup échanger avec toi, je suis plus calme.

Qu'est-ce que l'anarchie ?
L'anarchie naît quand la Cité (l'idéel social construite dans l'antiquité) se pose.
Seul, il est facile de s'entendre avec soi-même.
À deux, c'est déjà plus difficile.
Je suppose qu'a 6, il faut des règles pour faire fonctionner le groupe. Il faut quelqu'un pour établir les règles. Dans ton cas, c'est toi la chef de ta famille, donc toi qui t'accorde du pouvoir sur les vies de ceux qui sont à ta charge. Tes enfants ne sont pas tous égaux, ils ont des différences... certains sont plus faciles que d'autres, d'autres ont une moins bonne interaction avec le groupe. Cela ne reste qu'un petit groupe de 6, même si c'est difficile on peut encore facilement se passer de cages et de lois pour briser la différence. On discute, on cherche à s'entendre, à démontrer du respect pour l'autre. La société fonctionne dans un petit espace restreint, composé de proches.

Les difficultés augmentent avec le nombre. Plus le groupe est grand, moins il reste humain. Il n'y a pas de mot assez fort pour décrire la régression de la conscience quand la pensée est remplacée par une machine, un système qui ne se rode pas. Pour forcer le respect mutuel, la société crée des lois. Pour forcer le respect des lois, elle punit celui qui ne respecte pas la règle en le privant de sa liberté, en l'enfermant dans une cage... en l'exécutant, parce qu'il est différent. On condamne beaucoup d'innocents.

Le problème de la société vient du fait qu'elle se soucie plus de respecter les règles que la vie qui est dedans et qui la nourrit. La Loi sert souvent à défendre des gens mauvais et avide de pouvoir, elle aide à faire le mal en étant trop spécifique et arbitraire... sans conscience. C'est devenu un outil de répression puissant pour protéger le pouvoir et garder à sa main une population piégée.

Nul ne peut prétendre ignorer la Loi, pour se défendre d'avoir agi de telle ou telle autre façon... Mais qui connaît la Loi ? Personne... même pas ceux qui les font et les appliquent. Les lois constituent à elles seules des bibliothèques entières spécialisées sur le sujet. Pour appliquer la Loi, les avocats doivent se mettre en groupe pour en maîtriser les concepts et les appliquer dans leurs causes. Les juges doivent consulter des textes avant de rendre leurs verdicts... Bref, personne ne connaît la Loi, elle est trop vaste, trop large, ne peut pas tout couvrir, et reste remplie de zones grises qui permettent des abus. Même avec des études en Droit, les gens ne connaissent pas la Loi... Alors comment prétendre que tous ceux qui n'ont pas choisi de faire leur Droit la connaissent plus concrètement que ceux qui s'y sont spécialisés ?

Par chez nous, la Loi considère plus criminel d'être pauvre que d'être un violeur. Les prisons sont remplies de gens qui n'ont pas les moyens de payer des contraventions pour des infractions au code de la route. Comme les prisons sont pleines, les violeurs qui sont condamnés se retrouve en liberté... faute de places. Devant cette réalité, les conformistes me répondent que la Loi n'est pas parfaite, qu'elle ne fait que tendre vers ce qui est le mieux. Mieux selon qui ??? C'est quoi cette bêtise ?

Quand on vole un dépanneur ou une épicerie, on se fait condamner à une peine légère. Si on vole une banque, une institution, la peine est beaucoup plus lourde... Quand on vole un pays, on vous érige une statue de bronze dans un parc pour vanter votre grandeur démocratique, les traces du pouvoir que vous avez exercé.

Aux noms des statistiques et de la rentabilité, on vous contraint à plier pour suivre et vous conformer.
Vous tuer un clochard, ou vous tuer un policier... quelle différence ? Vous tuez quelqu'un. L'un ne mérite pas moins de vivre que l'autre. L'un se regarde avec grandeur comme contribuant à la société, l'autre est victime de la société. Si tout le monde crache sur le clochard, moi je crache sur tout le monde. La valeur humaine ne se mesure pas de cette façon dans mon esprit. La hiérarchie et les sous-êtres, ça n'existe pas dans ma façon de traiter avec les autres.

Je suis noir, j'ai choisis le blanc dans ma vie. J'ai choisis d'aider et de faire du bien aux autres. Mais je peux facilement être d'une toute autre nature. Mes règles sont simples, humaines, et justes.
Ne fait pas aux autres ce que tu ne veux pas que les autres te fassent. Ce que les autres te font, c'est ce qu'ils te donnent le droit de leur faire. Autrement dit, si tu fais le mal, tu vas avoir mal et prendre conscience de la porté de tes gestes sur la vie des autres... c'est partager la souffrance que tu as causé. C'est juste, pertinent et un pas vers la conscience de l'autre, un pas vers le respect. Des croches il y en aurait moins... Ça fait beaucoup plus mal à celui qui fait face à la justice quand la justice vient de sa victime.

Je fonctionne donc avec ces règles, qui par chance se marient assez bien avec les lois de la société dans bien des cas. Le problème est quand la Loi se permet de me contraindre à agir pour moi contre les choix que je fais pour moi...
Exemples : Mettre ma ceinture de sécurité. Je suis suicidaire, je me fout de crever. Qu'un policier m'arrête pour me forcer à me protéger est une menace plus grande et périeuse pour ma vie que de conduire sans ceinture. Je choisis pour moi, pour ma vie... Il est donc ridicule qu'un policier qui me fait la morale pour mon bien et ma sécurité se retrouve à me pointer son arme dans la face parce que je refuse de plier devant un geste qui n'a de conséquence que sur ma propre vie. On va me tirer, m'abattre parce que j'ai refusé de me conformer à une règle qui avait pour but de me sauver malgré moi ??? On va m'abattre parce que je refuse de mettre un casque en bicyclette ???
Il y a des limites à suivre des règles aussi bêtement.

Je choisis pour moi, pour ma vie. Je n'autorise personne à choisir à ma place, à me contraindre, me forcer à me conformer pour être socialement accepté dans un groupe. Je n'accepte pas d'être attaqué simplement parce que je refuse de me conformer. J'ai le droit à mes opinions si elles ne portent pas de préjudices aux autres.

Tu as de meilleures assises que moi dans ta vie, sans doute à cause de tes enfants... Je suis vraiment dysfonctionnel et très loin de la civilisation. Je ne sais pas si tu connais l'Anneau de Gygès, c'est encore de Platon... "Si on me disait : tu peux faire tout ce que tu veux, aucune loi ne te punira, tu ne subira aucune conséquence..." tu dis ne pas être sûre du résultat. Tu comprends donc mes difficultés à choisir le blanc.

Gygès était fermier. Il trouva dans son champ la dépouille d'un géant qui portait à son doigt un anneau.
Il s'empressa de rejoindre ses amis pour raconter sa découverte. L'anneau au doigt, il racontait. Quand il tournait l'anneau, il devenait invisible. À sa grande surprise, les autres parlaient de lui comme si il n'était pas là. Il se disait que c'était un cadeau magique qui lui ouvrait toutes les portes. Il pouvait faire tout ce qu'il voulait, sans jamais être vu, sans jamais être accusé, ou pointé du doigt... Il décida de tuer le roi et d'épouser la reine pour devenir roi. Il devint un tyran impitoyable et sanguinaire.

Si tu avais tout les droits, aucune limite, choisirais-tu de faire le bien ou le mal ? Moi non plus je ne suis pas sûr du résultat... C'est pourtant la question qui me hante le plus. Je suis comme Gygès, j'ai trouvé un géant qui m'a fait un cadeau plus grand que nature... être borderline, donc être libre de toutes contraintes, de toutes formes. Je n'arrête pas là où les autres s'arrêtent. Je vis ma vie avec ce que je suis, les autres n'ont rien à dire sur mes choix. Je suis droit, intègre et juste. Je défends les abusés, pas les agresseurs.

Mon père disait que je me battais contre des moulins à vent... que mes propos étaient ceux d'un fou. Je ne suis pas fou, je suis seulement un animal plutôt sauvage et très territoriale. Personne n'entre dans ma vie pour me dire comment vivre, je ne fais pas partie du concept social tel que présenté. Je suis le grain de sable dans son engrenage. Je ne suis pas docile. Je n'ai pas peur. On ne tue pas un mort... les conséquences sont sans importance pour moi. Je peux tout faire. Je suis noir et je choisis le blanc... C'est un combat difficile.

J'ai cherché une réponse à ma détresse dans la société quand j'étais enfant. J'ai cherché une réponse en étudiant la mythologie, la philosophie et l'histoire d'un même front. Le problème que j'ai, c'est que j'ai compris ce que je lisais et j'ai trouvé ma réponse. Deux livres ont brisés mes espoirs, La République, et Les Lois, de Platon. Je ne crois plus en l'humanité. J'aide ceux que je trouve... c'est bien. Pourquoi j'accepterais d'être contrôlé par des gens qui se donnent des droits sur moi, sur ma vie ?

Nyx La Nuit, c'est quoi ce nom ? Nyx est une divinité primaire dans la Mythologie Grecque. Nyx est la déesse de la nuit. C'est un pléonasme. L'évolution des dieux de l'Antiquité se colle étrangement bien aux théories modernes sur le Big Bang.

Au début, il n'y avait que le Chaos, la Nuit et les Ténèbres. Puis vint le jour, le ciel et les étoiles. Zeus, le dieu tout puissant, doit s'incliner devant la nuit. Elle domine tout sans rien orienter, sans chercher à gouverner. Elle a engendrée : le destin, la vieillesse, le sarcasme, la tromperie, le sort, la misère, la mort... la vengeance, les esprits voyageurs entre le monde des vivants et le monde des morts... la discorde, la colère, le meurtre, la détresse.
La mythologie est une étude de l'homme très juste et explicative. La psychologie y trouve souvent ses références.

Mon père était docteur en Lettre, un écrivain, romancier sur toiles de fonds historiques. Je n'ai jamais lu un de ses romans, même si ses livres étaient distribués dans une dizaine de pays. Ma mère est pianiste, elle a donnée des concerts partout sur le globe. Moi je suis la chose ratée dans leur vie...

Connais-tu la mythologie Égyptienne ? Je pose la question à cause de ton poème "Pyramide". J'ai seulement lu Le Livre des Morts sans réussir à bien suivre faute de connaître les noms et rôles des personnages qui y figurent.


Dernière édition par Admin le Mer 29 Oct - 15:02 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Lun 29 Juil - 04:18 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Tu m'apportes des choses que j'ai rarement l'occasion de trouver dans mon quotidien, non, je ne suis pas si "cultivée". Je n'ai pas lu Platon, et j'avoue avoir du mal avec la philosophie. Je n'ai pas fait d'études. Mes grands amours sont Baudelaire et parfois Rimbaud, quoique cela fasse longtemps que je n'ai ouvert un de leurs recueils. Dans mon entourage, on admire mon esprit, parce qu'en réalité, je ne suis entourée que par des rustres. Cela me va dans une certaine mesure: je suis reine d'un tout petit royaume où j'ai ma cour, cela satisfait mon égo un peu mégalomane... J'ai quelques notions de mythologie grecque, je m'appelle Diane, alter ego de la célèbre Artémis grecque chez les romains. C'est sans doute pour cela que je me suis penchée sur "les grecs" Mes parents sont des immigrés devenus commerçants d'une culture quasi nulle et j'ai grandi sans qu'ils puissent me comprendre ou m'aider. Donc, tu vois, aucun érudit dans mon entourage. Pour ce qui est de la mythologie égyptienne, je ne me suis jamais penchée dessus.
Tu as raison, pour vivre au sein d'un groupe, d'une tribu, il faut établir certaines règles. Bien qu'absolue agnostique, J'ai décidé que certains des fameux dix commandements feraient une bonne base... Par contre, il faut barrer définitivement les commandements à la religion.
J'aime échanger avec toi, et j'attends toujours tes réponses avec impatience. EUh, sans rapport avec ma pathologie j'espère!
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Lun 29 Juil - 13:33 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Tu te connexte quand je quitte et que je dois aller me coucher...
C'est possiblement bien, sinon je passerais mes journée à t'écrire.
Moi aussi, j'adore tes réponses et je les attends toujours. Je me sens moins seul de trouver quelqu'un dont la plume est si belle et juste.

Je suis inquièt de certains commentaires que tu as faite... Tu dis que tu t'es rangé et que ta vie est plus stable... C'est fantastique ! Tu regrette le noir qui remplissait ta vie ??? Ça c'est totalement fou... Je suis moins sorti de ce problème que toi... ne régresse pas. J'ai des craintes sérieuses devant ma toxicité avec toi. Je n'ai aucune intention de t'entraîner dans le noir... te faire replonger. Toi tu m'aide vraiment avec tes mots et ta présence sur mon site. Je ne voudrais pas te nuire, nuire à ta paix intérieure... à cause de ma noirceur. Et je me dis aussi, si tu cherche ainsi à faire contact avec d'autres comme toi, c'est que ta paix intérieure n'est pas si paisible que ça. Bref, borderline on ne s'en sort pas...

Comme tu le constate, le statu social parental n'est pas un gage de réussite dans la vie. La culture et les diplômes ne donne pas de conscience... Ça ne rajoute rien à la valeur de l'être. C'est sans doute bête à tes yeux ce que je vais dire, mais... un français, même sans éducation, c'est toujours très cultivé.
Donc à mes yeux, tu es savante. La preuve en est que même avec des études spécialisées personne n'arrive à comprendre qui je suis, et pour toi c'est facile... Rien n'est plus savant que le coeur qui nous fait raisonner. Je ne regarde pas les gens avec des yeux superficiels, je ne vois jamais la surface... je vois à travers leur âme, le fond de leur être. Je te trouve splendide... C'est rare.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 08:53 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Ne t'inquiètes pas, tu n'as aucune toxicité pour moi. Je pense que nos "troubles" ne sont contagieux que sur les personnes saines. Au contraire, tu m'aides parce que je ne peux parler à personne de mes envies de disparaître, de me faire du mal, où de vraiment mourir.  La mort ne me fait pas peur, bien au contraire, j'estime que c'est le repos du guerrier. J'ai mené une vie très tumultueuse, certains à qui je m'en suis ouverte m'ont même taxée de mythomane. Ca, surement pas, je ne vais pas cumuler toutes les pathologies psychiatriques de la création! Alors non, tu n'es pas nocif, bien au contraire, et laisser mon âme suinter les ténèbres devant toi ne m'embarrasse pas. J'ai l'absolue conviction que tu me comprends, et ce n'est pas de la sur- interprétation cette fois-ci. Oh, et tu as une haute opinion des français , tu sais? Ils sont loin de la culture et du raffinement qu'on leur prête...
Tu as raison c'est bien que nous nous croisions. Les meilleures choses de la vie sont toxiques à haute dose!
Je suis mieux, plus équilibrée, parce que j'ai de petits êtres qui dépendent de moi, et crois- moi ou pas c'est une pression permanente pour rester du côté de la vie et de la clarté. Alors, parfois, si nul n'est tourné vers moi, je me permets de retomber dans les limbes, c'est comme donner du mou à la corde qui me pend. je reprends ma respiration, et repars en apnée pour, le temps d'une journée, me montrer attentive, présente, active. Tu combles un peu cette sensation de vide, interromps mon asphyxie. Je sais ne pas être totalement stable mais j'ai cette lucidité qui fait que si je pensais que tu représentais un danger pour mon équilibre alors, je cesserais cet échange. Le noir ne peut plus m'aspirer tout à fait, parce que j'ai donné la vie et que cette vie m'accroche de manière invisible, mais solide à la lumière.
"Maman, c'est quoi sur tes bras?
-c'est rien, mon ange
-c'est un bobo?
-Oui, chéri, mais c'était il y a longtemps..."
Je hais le mensonge, il cache toujours de grandes vérités, il reflète qui plus est la lâcheté de la personne qui les dit. Mais je ne peux pas les exposer à mes démons., pas mes bébés. Ils sont plein de grâce, de bienveillance, ils sont pleins d'amour et de sérénité. Je mens pour que cela reste ainsi. Je ne peux rien dire à mes parents, qui me traitent de "pauvre folle" depuis mes 14 ans. A mes frères, qui représentent l'un comme l'autre des stéréotypes masculins sur lesquels je vomis. Je ne peux rien dire à mon amour, sinon il vacillerait et j'ai besoin qu'il soit fort. Alors, j'ai lu sur des forums les posts, en espérant trouver quelqu'un avec qui parler, beaucoup avait un langage déplaisant, brutal, agressif, ou trop désespéré...
Certains s'exprimaient trop mal pour que je puisse même les lire ou comprendre le fond de leurs pensées. Et puis, je t'ai trouvé.
Tu ne seras pas plus mauvais pour moi que je ne le serai pour toi je pense.
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 22:59 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Hummm !  Avoir le talent de raconter des atrocités et d'en faire une bonne histoire n'est pas donné à tous. Pour ce qui est du language "déplaisant, brutal et agressif" j'ai vraiment du talent, je pète plus haut que le trou juste pour faire chier. Je crois avoir un certain art, une certaine spécialité à redescendre ceux qui regardent de haut. Me faire traiter de mythomane, je serais un peu offusqué moi aussi... Mais je collectionne les pathologies, comme d'autres collectionnent les timbres. J'aime bien, ça m'amuse et ça me fait rire. Ça me donne le droit de vomir à la face de ceux qui posent des verdicts.

Désespéré, je n'aime pas ce mot. Si je mets mon colosse dans la face d'un humain, le désespéré ce n'est pas moi. J'ai trouvé un équilibre, un monstre dominant qui a des tendances masochistes, je me nourris de ma douleur, je la mange. Avec les os de la douleur, je m'aiguise les dents. Je m'amuse dans mes plaisirs sadiques. Ça doit être vraiment étrange de se faire demander par ses enfants pourquoi les blessures sur les bras... C'est le genre de choses qui ne se partage pas avec des vivants quand on les aime. Ce n'est pas mentir que de taire et cacher ce que tu es. C'est la seule façon de fonctionner, rester libre, "vivante"... et protéger les autres. 

Pour mon opinion des français, c'est comme partout. Les cons n'ont pas de frontières. J'ai vécu deux années sur les plages de la Normandie. J'y retourne quand je peux, et c'est toujours magique. La vieille roche des dolmens que je touche me transporte dans d'autres mondes, je voyages dans mes voyages. Toujours je m'y suis senti bien, parce que loin de chez moi. J'ai une nature boême, j'ai peine à rester fixé quelque part. L'avantage de toujours être un étranger c'est de ne pas avoir d'attaches et pouvoir s'en aller.

Je déteste le côté protocolaire, la hiérarchie méprisante qui règne en France. Le respect en fonction de la classe sociale, du statu et de la richesse... j'en ai rien à foutre. Mais les gens croisés lors de mes voyages ont souvent étés fantastiques, profondément simples et humains. En vacances, la vie c'est toujours plus facile... Ça devrait être ça la vie, être en vacances et travailler parce qu'on s'emerde à ne plus savoir quoi faire de son temps.

Tu me fais un beau compliment, je te remercie de m'avoir choisi parmi les autres... Miroir, miroir, dans ton noir je vis le miens. Se comprendre si bien si loin, c'est agréable enfin. Moi le chien, toi la salope, je suis séduit, vous avez du charme. Très heureux de prendre votre main pour danser un pied dans le vide avec vous. Nous montrons notre cul au trou, le gouffre ça fait du bien de plonger dedans. Peut-être qu'il y a quelque chose au fond, ce que nous cherchons depuis si longtemps. Peut-être qu'il n'y a rien, seulement la fin.

Tu n'es pas mauvaise du tout pour moi, je me vautre dans ta toxicité, rempli de palisirs. Enfin je suis compris ! Époustouflé par les mots que tu écris... Bonjour reine noire ! Je ne suis plus seul dans ce monde, dans le noir. Quand je te lis, je me sens gèné d'écrire, je suis conquis. Tu racontes mieux que moi ce que je ressens en moi. Moi le fils de prof, l'enfant de chienne de l'écrivain, je me fouts de la forme, des normes, j'ai mon style. Il est moins propre et moins mélodieux que le tiens, mais je crois que je me défends assez bien, malgré qu'on a souvent la faiblesse des forces de nos parents.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 03:40 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 J'ai pensé de croiser ce matin, heu, cette nuit, enfin, peu importe! Tu n'es pas là, je suis déçue et soulagée.
J'ai foi en toi, si le précipice menace de t'engloutir, je serais cette voix qui fera ce qu'elle peut pour te retenir.
J'aime ta façon d'écrire, au contraire. Tu n'es pas brutal, tu es juste.
Tu sais, garder un masque toute sa vie, faire semblant de s'intégrer, tout en ricanant de se savoir différent, sourire, être cordial alors qu'à l'intérieur on crie notre mépris on vomis sur les gens qui nous font fasse... C'est vraiment épuisant. Contempler les mesquineries des autres, leurs défauts les plus abjects, et garder une façade sereine et pleine de sollicitudes devant eux... Ca aussi c'est dur. Etre misanthrope, misogyne, misandriste , et vivre en société...
C'est pour cela que j'aime être ici.
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 03:44 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Je voulais, j'écris souvent tard. Il est 4h am. Je vais me coucher bientôt.

Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 09:21 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Oui, pour notre bien, on se croise. On écrit notre roman épistolaire, moins talentueusement que Choderlos de Laclos. C'est un peu nos "liaisons dangereuses". On a failli se croiser en fait, mais un voisin s'est invité et il m'a fait perdre une heure à bavarder alors que mentalement je lui hurlais de foutre le camp...
Il a entendu, mais trop tard, tu étais parti.
Il n'en reste pas moins que j'ai hâte d'être à demain. 
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 12:33 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Ne te blesse pas de mes "hors ligne", nos jours et nuits sont opposés.
À ma conjointe aussi, du temps je dois donner. Comme toi tu dois donner dans ta réalité proche, à ceux qui ont besoins de toi. Notre rencontre ne dois pas servir à saboter ce qui nous tiens chaque jour présent. C'est un danger de toxicité latent, des pièges qu'il faut savoir éviter, malgré nos excès et notre engouement... c'est ennuyeux, mais être sage c'est rester vivant.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Jeu 1 Aoû - 04:50 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Oh non, je ne suis pas blessée de tes hors lignes. Je sais que tu es là. Et pour moi, nos échanges sont un appui, mais je sais marcher sans appui. Je prends cela pour ce que c'est, un chemin à l'abri de la cuisante morsure de la réalité, où nous pouvons nous reposer, où nous sommes à l'abri. Mais ce doux répits, s'il m'aide à avancer ne m'empêche pas de retrouver la route principale. N'aie pas d'inquiétude. Je profite juste du bien- être que je retire de nos échanges, tu ne seras pas ma nouvelle obsession. Je n'ai plus d'obsessions.
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Jeu 1 Aoû - 04:58 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Moi j'en ai encore... Trouver comme sortir de ça...TPL

Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Jeu 1 Aoû - 07:34 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Reprendre le pouvoir. Maîtriser ses obsessions, les soumettre. Soigner une pathologie par une autre. Nous possédons nos propres remèdes. En tant que maniaque du contrôle, j'essaie de contrôler l'obsession.
Je me lance des défis d'endurance "hors crise", et je suis tellement pourrie et orgueilleuse que ça marche souvent... 
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Jeu 1 Aoû - 13:13 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Tu aimes ta douleur, je l'aime aussi. Le noir a sa beauté envoutante.
Comme toi je me vautre dans cette douleur qui me force à me sentir vivant.
Aux antipodes, je suis toujours à l'extrême. Quand je plonge, je ris, je pleure de voir ma chute.
Dans le vide je trouve la paix de tout abandonner et me laisser aller. Jusqu'où je peux tomber ?
La seule chose qui me terrifie, c'est mon esprit.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Ven 2 Aoû - 08:33 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Ma douleur me donne la conscience que je vis. J'ai peur de découvrir un jour qu'en fait elle m'a juste empêchée de vivre. Ma souffrance n'a rien de constructif au final, si ce n'est qu'elle exalte mon côté créatif. Mais encore une fois, ce n'est qu'un cul de sac. Une fausse piste que ces jeux de mots dans lesquels je m'obstine. Cela ne m'ouvrira pas plus les portes de la sérénité, de la stabilité. J'en ai marre que ma vie ressemble à un sismographe marre de m'épuiser à me forcer tous les jours. Toujours cette apnée... J'en ai marre de vivre dans un "no word' s land" avec mon homme. Pas au top aujourd'hui...
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Sam 3 Aoû - 10:36 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

C'est bien, tu comprends l'ambiguité de la douleur...
Elle donne ou elle prend ?
Elle fait prendre conscience de la vie... mais n'est pas la vie.
Je suis inquiêt pour toi...
Je ne sais pas quoi faire pour t'aider.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Sam 3 Aoû - 11:37 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Je t'en prie ne sois pas inquiet. C'est le week end... j'aimerais te parler mais je suis mal à l'aise.  Pas assez de tranquillité.  La maison est full. Chaque pièce est un enfer. Tu sais que l'enfer c'est les autres. ..
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Sam 3 Aoû - 11:40 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Je suis seule au milieu d'une foule.  Mon vide croît de façon exponentielle. J'essaierai de me libérer cette nuit pour t'écrire. 
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Sam 3 Aoû - 11:53 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Ne prend pas de risques inutiles, ta vie est plus sensible et fragile que la mienne pour ce qui est "d'écrire" sans vivre avec des problème à cause de mon existance, celle que tu m'accorde.
Attend plus tard, ne te presse pas. Si tu vas mal, dit toi que demain est un autre jour qui finit toujours par arriver.

Je m'enveloppe de musique, tout le temps. Ce que j'écoute est doux à mes oreilles, je me reconnais dans ce que j'écoute.
Je suis un peu obsessif compulsif... Je peux écouter la même chanson des heures, des jours durant.  
Je ne sais pas si tu comprends l'anglais, si oui, écoute ceci... c'est très beau.
Evanescence, Good enough

Ses paroles c'est toi, c'est moi, c'est elle et tous ceux comme nous, c'est ce que nous sommes.
Elle montre le noir et toujours l'espoir. Comme une dadaiste elle tranforme le noir en beauté.
Elle a la justesse de nos propos et la poésie de nos écrits.
Elle montre la beauté, mais peu la comprennent. Beaucoup la trouve insupportable à entendre, un peut trop désespérée... Je ne comprends pas pourquoi les gens disent ça, moi je la trouve forte. J'adore.
Mais je comprends qu'il peut être très déstabilisant d'avoir un visuel trop parfait de ce que nous sommes.
Le problème étant qu'il est trop facile de se voir, dans ses mots, ses images, les traces qu'elle cache sur son corps.

Je travaille fort sur moi pour ne plus rien ressentir. Je me désensibilise en m'exposant. Je reste en bas sans me donner le droit de monter, car mes chutes étaient vertigineuses. Aujourd'hui je tombe de moins haut, ça fait moins mal. Je me pense solide, je me crois solide... jusqu'à preuve du contraire, ce jour qui peut-être viendra, où je m'enfoncerai encore plus bas.
C'est une étrange façon de faire surface, pour atteindre le bonheur. Je ne sais même pas si j'y crois...
Je ne suis pas sûr de suivre le bon chemin. Tout ce que j'y trouve c'est de ne pas flancher, une certaine stabilité dans l'instabilité.
Comme je sais que ce problème est permanent, qu'il va me suivre jusqu'à mon dernier jour, je me dis aussi bien apprendre à survivre dedans pour en souffir le moins possible. Alors je plonge dedans, pour en rire, m'en amuser, prendre plaisir à la douleur que je ressens qui me crie que je suis vivant.

Je me vois devenir fou, mon esprit s'effondrer... mais j'ai besoin de cette noirceur autant que j'ai besoin d'air.
Elle fait partie de moi, elle est moi. C'est le seul endroit où je trouve qui je suis, où je ne suis pas faux, à faire semblant d'être ce que je ne suis pas. 

Te lire, c'est pour moi de la musique. Une douce épreuve qui m'aide à garder ma stabilité.
Je sais que tes chemins sont différents, mais tes buts sont les mêmes, trouver la paix au fond de toi.
La différence est que toi tu t'adresse à moi, alors que cette musique s'adresse à tous ceux comme nous.


Revenir en haut
Silencieuse


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2013
Messages: 83
Localisation: rouen

MessagePosté le: Mer 7 Aoû - 01:09 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

 Oui, Evanescence...
oui, je comprends l'anglais, pas magnifiquement, mais en gros oui. Tu as raison. La faculté d'aimer "à la limite". S'oublier, ne vivre par moment que par et pour l'autre. Borderline.
J'écoute toutes sortes de musique. Je ne suis pas aussi catégorique que toi.
Certaines ne veulent rien dire, je les écoute juste pour la rythmique, l'énergie qu'elles dégagent.
D'autres, m'insufflent une certaines puissance où m'enfonce profondément. C'est le certaines musiques classiques, comme le requiem de Mozart, ou de Verdi, "la marche des chevaliers" Prokofiev...
Et j'écoute du rap, version moderne de la poésie, dans lesquels certains excellent.
Du j rock, type LMC, notamment "my juliet", dont la traduction me parle. Interprétation libre du fameux dieu Shakespeare.
Pour ce qui est du personnage, je pense que je serais plutôt Cyrano de Bergerac, moins le nez...
_________________
Si vous pouviez voir mon âme saigner...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 7 Aoû - 15:32 (2013)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Tu m'as fait rire... Tu es très amusante.
C'est très agréable de discuter avec toi.

J'ai beaucoup de variété musicale aussi. J'aime l'opéra, le classique, presque tout... De Brassens et Piaf jusqu'à la musique "underground" de  certains inconnus... sauf le rap et le western.
Comme j'avais besoin de me retrouver moi, et que dans rien je ne trouvais un reflet de ce que je suis... Je me suis vautré de plaisirs déchuts, cherchant partout sur le Net des artistes comme nous.
Je ne peux résister devant cet appel qui me plonge dans ce gouffre, c'est à la fois rassurant et totalement blessant. Je suis perdu depuis si longtemps, sans réussir à trouver qui je suis. Je crois que l'enfant que j'étais se trouve au fond de mes abysses, dans le gouffre, et que pour en finir avec cette pathologie et enfin me trouver, je n'ai d'autres choix que de plonger dans ce vide infini pour le retrouver.
Je cherche...

Pour être plus léger, je vais te raconter ma première communion. Tu sais, le genre de rituel religieu que bien des gens de notre génération ont dû traverser en raison des croyances de notre époque ?

Comme je me faisais brasser d'un pays à l'autre, il n'y a jamais eut de continuité dans mon éducation. Si bien que je me suis retrouvé dans une église sans trop comprendre ce que je venais y faire.
C'est ma grand-mère qui m'accompagnait, une femme simple et gentille, la grand-mère type avec les cheveux blancs et des bonbons. Bref, nous sommes assis dans l'église. Le curé devant fait son sermon sans que je n'y comprenne un seul mot.
Il lève son verre de vin et déclare : Ceci est le sang du Crist.
Puis il lève un osti et dit : Ceci est le corps du Crist
Complètement paniqué, je me suis cru devant un fou furieux, canibale, qui buvait du sans et mangeait de la peau humaine... Quand tous les autres enfants se précipitaient pour aller chercher leur morceau de peau, moi je ne voulais pas me lever, je ne voulais pas y aller... Ma grand-mère m'a poussée à faire comme les autres.
Quand est venu mon tour et que le curé à voulu me mettre l'osti dans la bouche, je me suis empressé de tendre les mains... Il n'était pas question que je me foutte de la peau humaine dans la bouche.
Revenant à ma place les mains tendues le plus loin possible, je suis arrivé près de ma grand-mère qui surprise de ma réaction m'a demandée : Tu ne le mange pas ?
J'ai vomi mes entrailles partout sur les bancs et le plancher... Je me suis fait sortir de là en vitesse, comme un suppot de satan. C'est la dernière fois que j'ai foutu les pieds dans une église (sauf en voyage pour en admirer la beauté architecturale).

C'est très drôle, totalement sauté et étrange. Ma vie est comme un comédie, remplie de choses très amusantes.


Revenir en haut
dzaloff


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2014
Messages: 255
Localisation: loiret france

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 10:17 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

salut


j'ose laisser ce post car j'aimerais participer mais je ne veut pas minimiser dans une conversation priver en même temps c'est un forum donc je suis partager 
donc ne répondez pas si vous voulez rester entre vous ^^.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 19:16 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Salut Dzaloff !

C'est un forum ouvert à tous... bienvenue !
Tu peux écrire tout ce que tu veux, il n'y a rien de privé à ce point qui est visible sur ce site.
Je peux te faire une section pour toi si tu as besoin d'écrire beaucoup. Si tu veux que tes posts restent privés entre toi et moi, donc non visible par les autres, tu n'as qu'a me le demander.
Tu peux écrire et détruire toi-même tes posts si tu ne veux pas les laisser exister sur ce site... Bref, tu es libre.
Libre de parler, libre d'écrire, libre d'être ce que tu es sans crainte d'être jugé.


Revenir en haut
dzaloff


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2014
Messages: 255
Localisation: loiret france

MessagePosté le: Sam 26 Avr - 05:39 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

merci ^^
c'est que votre discutions est si " intense " que j'avais peur de case un lien, enfin c'est mon petit problème a moi ^^ 


je vis dans la cabane au fond du jardin de mes parents et je mi cache quand mes parents on de la visite, je joue a WOW mais seulement en solo ( ce qui est une gageure pour un soigneur ) bien que hier soir j'ai tenter un donjon ( faisable en groupe uniquement, peut être que c'est grâce a vous que j'ai osé ) mais finalement je n'ai pas u a interagir avec les autres du coup je le referait ^^ peut être que je n'aime un peut trop les discutions de fond et surtout pas parler de la pluie et du beau temps .


je n'aime pas les gens ils ne comprennent rien et ne vois que leurs intérêt immédiat mais quoi regarder d'autre ? pour ces petits cerveaux étriqué ( je suis un peut méchant la non ) ils sont stupide et je le suis aussi de les voir ainsi. parfois je reste parmi eux ou je visite les voisin avec mes parents ( care les gens on tendance a penser que je fait la gueule ) et la je me sens comme un oiseau dînent avec des poissons " mais quesque je fou la moi ?
dans ces cas la je me sens encore plus seul que dans ma cabane, pourtant j'ai besoin que quelqu'un soit a coter ( physiquement ) quoi que j'ai vécu seul pendant dix ans mais j'avais les missions d’intérims qui me faisait voir du mondes .


en fin voila le problème j'ais besoin d’être seul a coter des autres .


Revenir en haut
dzaloff


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2014
Messages: 255
Localisation: loiret france

MessagePosté le: Sam 26 Avr - 11:15 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

depuis ce matin je ne fait qu'aller et venir ici 
a la réflexion fait moi une petite section ou je pourrait soliloquer sans pollué les autres sujet ^^


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 30 Avr - 18:05 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Ta section est faite...

Revenir en haut
lyincha


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 2
Localisation: marck

MessagePosté le: Lun 17 Nov - 20:33 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Bonjour à tous, vos messages sont anciens je me demande si je peux espérer une réponse....
Des années d'enfer et voilà un an que le diagnostique est tombé... Je me suis inscrite sur un groupe tpl via facebook mais voilà... sautes d'humeur obligent... je ne poste pas tous les jours... quand je ne suis pas en crise je suis habitée par cet étrange sentiment que la vie est belle et que je peux la  mordre à pleine dents!!!! Je suis légère et forte jusqu'à la prochaine remarque, la prochaine brindille qui fera s'écrouler tout un monde, mon monde! Alors je me suis vue évincée du groupe FB.... Zut, un rejet... comme si c'était nouveau!!!! A quoi s'attendre d'autre quand c'est tout ce que l'on mérite!?
J'ai récemment entrepris d'écrire un blog ( http://borderlineandco.unblog.fr/2014/09/25/cest-quoi-ce-blog/ ) mais comme tjs je ne tiens aucun engagement donc n'ayant aucune visite d'encouragement ni aucun commentaire je zappe et dans les moments "down" je bois, je pleure, je me fais mal.... mais je reste seule! Je sais que je n'en ai pas le droit, mais j'ai peur de me faire trop de mal!!! J'ai 31ans et j'espère être au bout de ma vie!!!! Je ne me sens pas capable de subir tout ça pendant des années encore même si je sais que mon fils lui le mérite! J'ai peur d'aller trop loin, pas pour moi mais pour lui.... En promesse à ma petite soeur je me suis fait tatouer sur l'intérieur du poignet gauche "Up to the end" qui signifie que je tiendrai jusqu'au bout, mais à ce jour je ne me sens pas capable de tenir cette promesse. J'aimerais trouver ici le soutien que je n'espère plus dans mes relations proches (la famille et le peu d'amis qui s'accrochent à demander de mes nouvelles malgré mon absence de réponse) Je sais par expérience qu'ils ne peuvent rien comprendre ou imaginer de ce que je ressens... mais ici je garde espoir de pouvoir discuter avec des personnes qui ressentent les mêmes douleurs que moi, les mêmes contradictions, les mêmes incompréhensions.... 
Lyincha@gmail.com pour me contacter en direct ou ici même, j'espère sincèrement trouver des réponses et du soutien...
Bon courage à tous... Le simple fait de vous lire et de me retrouver dans vos ressentis me procure un considérable soulagement!!!!
J'espère vous lire très vite!!!
Lyincha 


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 22:54 (2014)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

Salut !
Je t'ai envoyé des messages sur ton Email. J'essaie de te rejoindre sur ton blog et ça ne marche pas Sad
Je suis sur mon site tous les jours...
Je suis justement là pour essayer de faire une différence dans la vie des autres.... pour le mieux.
Je peux t'informer sur les mensonges des spécialistes qui se proposent de t'aider... Attention !!! Ils sont dangereux.
Ce que tu as besoin c'est de gens qui font preuve d'humanité et de compréhension devant ta situation... pas d'une bande de sauvages qui vont te faire du mal en te disant que c'est pour ton bien.

Je vais bien... dans mon enfer quotidien. Être différent n'est pas une maladie. Personne ne choisit d'avoir une vie comme la nôtre... nous on doit composer avec ce qu'on a eut, et il faut vraiment être fort pour faire avec ça. Ton tatoo, ce n'est pas insignifiant et sans valeur... il dit ta force et montre tes qualités. Il faut juste que tu sois capable de les voir.

Quel genre de borderline tu es ?
Moi je suis un cas lourd au dire des spécialistes... une cause perdue. Personnellement, je trouve ça très amusant de les entendre divaguer comme des imbéciles Smile Moi je sais qui je suis... j'ai 49 ans. Même si les spécialistes m'ont diagnistiqués 7 troubles de la personnalité et ++++ de tendances dans d'autres, je m'en fout complètement. Je ne suis pas décrit dans leurs livres scolaires, comme toi j'ai mes particularités, j'ai mon histoire et ma façon de composer avec. Ce n'est pas un con qui m'a parlé durant 3 heures qui va me dire ce que je vaux et qui je suis.

Je comprends qu'il est difficile de se retrouver devant un tel diagnostique... je me suis retrouvé à l'hôpital quand j'ai compris. Mais avec le recule, j'ai compris bien des choses.


Revenir en haut
Rronecali


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2017
Messages: 1

MessagePosté le: Lun 6 Mar - 13:58 (2017)    Sujet du message: Souffrir d'être différent Répondre en citant

isolation is even important sometimes, it' s a possibility to think about your life!
_________________
http://livecustomwriting.com/blog/all-quit-on-the-western-front-essay-the-soldiers-fate


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:35 (2018)    Sujet du message: Souffrir d'être différent

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> L'isolement Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com