tpl borderline Index du Forum tpl borderline
Pour ceux qui veulent savoir, se comprendre ou comprendre un proche atteint du trouble de la personnalité limite... bienvenu dans mon enfer.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Inscription au recours résidents du Québec

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> Recours Collectif
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mar 2 Sep - 12:33 (2014)    Sujet du message: Inscription au recours résidents du Québec Répondre en citant

Méthode d'inscription au recours collectif.

Le recours s'adresse aux gens suivant :

1) Être une personne avec des troubles de la personnalité
a)... ayant déjà fait une thérapie
b)... étant en thérapie et éprouvant des difficultés
c)... étant en recherche d'aide sans en trouver

2) Être un proche d'une personne ayant des troubles de la personnalité
a)... des parents qui malgré la démarche thérapeutique de leur enfant ne voient pas d'amélioration
b)... des conjoints ayant des conséquences sur leur vie reliées aux perturbations causées par les thérapies
c)... des personnes endeuillées par le suicide d'un proche ayant déjà fait des thérapies.

Dans le but d'assurer la confidentialité de votre inscription, vous pouvez vous inscrire sur ce site avec un nom fictif, et me laisser dans votre inscription une adresse de messagerie "Email" valable pour que je puisse communiquer avec vous personnellement. Laissez-moi un message dans cette rubrique en indiquant "Recours".
Vous pouvez aussi communiquer confidentiellement votre inscription à l'adresse Email : nyxborderline@gmail.com

Vous pouvez me faire une brève description des problèmes que vous avez éprouvés et les noms des centres de services visités.


Pourquoi s'inscrire au recours collectif ?

a) La nature de la poursuite au Civil de ce recours vise à vous indemniser pour les difficultés directes ou indirectes que les services de Santé vous ont occasionnées dans le dénigrement de votre droit d'avoir de l'aide adaptée à vos besoins, ou un support adéquat pour vous aider à traverser une situation difficile.

b) La nature de la poursuite vise à changer les méthodes et approches thérapeutiques offertes aux victimes des troubles de la personnalité. "Victime" désignant la personne ayant des troubles de personnalité et ses proches.

c) La nature de la poursuite vise à faire en sorte que le milieu d'aide thérapeutique respecte la Loi et les droits de la clientèle qui fait appel à ses services.

d) La nature de la poursuite vise à changer la dynamique des relations client/thérapeute de manière à éviter la stigmatisation, la discrimination, les relations d'aide haineuses, la revictimisation, les abus de judiciarisation criminel des victimes, la destruction de l'environnement de vie des victimes, le suicide des victimes, que les méthodes thérapeutiques actuelles génèrent sans que les responsables aient de conséquences.

e) La nature de la poursuite vise à faire respecter vos droits quand vous portez plainte à l'Ordre des psychologues du Québec, pour que cette organisme respecte son mandat de protéger la polulation contre des pratiques illégales et non ses membres qui posent des gestes contraire à la Loi, aux Droits humains et à leur propre Code d'éthique qui encadre la profession.


Ce qui doit être dénoncé dans l'illégalité des méthodes thérapeutiques :

a) Le niveau d'échec des thérapies (96%) et les conséquences (déterioration des conditions de vie, le taux de suicides relié à la pratique de ces méthodes, problèmes de Justice abusifs et évitables engendrés par les méthodes, déterioration de la condition psychologique des victimes de ce type de thérapie)

b) La haine généralisée qu'éprouvent les intervenants d'aide en milieu thérapeutique pour la clientèle au prise avec des troubles de la personnalité. Les conséquences de cette haine dans une relation d'aide, l'échec des thérapies et les conséquences sur la vie des clients exposés à un environnement hostile dans une relation d'aide.

c) Le dénigrement des Droits fondamentaux des clients d'être informés, de pouvoir consentir ou pas à la démarche, de voir à avoir une thérapie orienté sur ses besoins et adapté à la réalité de sa situation. Du respect du droit des clients à leur intégrité, à leur dignité, à leurs opinions.

d) Que les thérapeutes travaillent avec le client et non contre lui... aider c'est ça ! Donc que le milieu d'intervention travaille avec les forces de ses clients, avec le respect des valeurs des clients qui font appel à leurs services. Les thérapies ne dévoilent jamais leurs buts et comment les intervenants se proposent d'y arriver, il est impossible de discuter et faire respecter les motivations qui nous poussent à faire une démarche thérapeutique (donc faire respecter nos buts et nos objectifs). Le dénigrement automatique de nos propos, nos valeurs, nos choix de vie, nos opinions et notre humanité, invalide aux yeux des intervenants la totalité de notre personne qu'ils se croient justifiés de modeler à une image de conformité sociale non définie et non partagée par l'usage de méthodes agressives et violentes. C'est du lavage de cerveau.

e) L'impossibilité de faire considérer vos objections et vos propos devant les spécialistes... qui vous considèrent comme inapte à réfléchir, décrochés de la réalité, ayant des attentes irréalistes et des demandes qui ne cadre pas dans les protocoles d'interventions. Sur la base de divergeances d'opinions ont invalide la valeur des propos et la crédibilité des clients (même à s'objecter à comment ils sont traités). Ce n'est pas la méthode et le protocole qui s'adaptent à vos besoins, c'est le client qui doit adapter ses problèmes au cadre d'intervention, à la méthode et au protocole. Ce n'est pas aidant, c'est viser à côté... 

f) Les personnes diagnostiquées deviennent des sous-êtres sans Droit devant les institutions publiques. Une plainte à l'Ordre des psychologues sur la pratique inhumaine de votre thérapeute n'a aucune crédibilité... vous avez un diagnostique.
Devant un juge, le poids de votre diagnostique vous discrédite et vous prive d'être entendu quand vous dénoncez les gestes illégaux d'un professionnel devant les tribunaux. Il n'y a pas de neutralité... vos Droits sont baffoués.

Ce que vous inscrire au recours va faire

a) Être indemnisé pour la violation de vos Droits par les services de Santé.

b) Être indemnisé pour la dégradation de votre situation psychologique, financière, professionnelle ou de couple.

c) Être indemnisé pour les pertes reliées à votre état suite à votre exposition à ce type de thérapie

d) Être indemnisé pour le suicide d'un proche ayant été exposé à ce type de thérapie

e) Changer le milieu d'aide pour améliorer de manière crédible les services qui sont offerts, donc de vous permettre d'avoir des services adaptés à vos besoins et de permettre aux autres de pouvoir avoir accès à des services de qualité.

f) Éviter que des victimes d'actes criminels se retrouvent encore victimes d'actes criminels alors qu'ils font des démarches en croyant trouver de l'aide dans ce type de service.

g) Éviter des suicides provoqués par des méthodes invasives, violentes et agressives, qui détruisent des vies et empirent trop souvent la situation des personnes qui font des démarches pour trouver de l'aide.



Vous avez des Droits, vous avez le choix de les faire respecter ou pas. Les démocraties tombent quand les gens arrêtent de se battre pour faire respecter leurs Droits... qu'ils laissent faire et baissent les bras sans s'être défendus. Le prix à payer de laisser tomber ses Droits, c'est de ne plus en avoir et ne plus avoir la possibilité de les retrouver. C'est comme ça que les dictatures naissent, que les États policiers s'implantent.


Dernière édition par Admin le Jeu 19 Fév - 15:31 (2015); édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Sep - 12:33 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mia


Hors ligne

Inscrit le: 13 Sep 2013
Messages: 170
Localisation: Québec

MessagePosté le: Mar 23 Sep - 12:12 (2014)    Sujet du message: Inscription au recours résidents du Québec Répondre en citant

Je te soutient a 100 % Smile J'ai commencer  a ecrire mon pacours de tpl et les differentes demarche que j'ai entrepris pour trouver de l'aide., je voulais te le faire lire, mais j'ai aucune idee de quand je vais le finir. Habituellement je ne finis jamais ce que je commence, mais pour toi je vais faire un effort!!!!!! Smile
_________________
Plutôt mourir que de me conformer !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2013
Messages: 1 084
Localisation: Quebec

MessagePosté le: Mer 24 Sep - 21:10 (2014)    Sujet du message: Inscription au recours résidents du Québec Répondre en citant

Salut ma belle Mia !

C'est vraiment bien que tu couches ça sur le papier. Moi mes démarches rencontrent beaucoup de déni, pire encore... l'hôpital où j'étais suivi depuis l'âge de 13 ans m'a volé ma vie, c'est dégueulasse ce qu'ils ont fait. Ils m'ont regarder rentrer et sortir de l'Urgence régulièrement sans rien faire, sans agir pour me protéger. La première consultation que j'ai eut avec un psy dans ma vie était dans cet hôpital, ils trouvaient que j'étais trop souvent à l'Urgence dans un état pitoyable. Alors ils ont invités mon père à une rencontre. Devant ce que mon père disait, le psy a sauté une coche et s'est mis à engueuler mon père en le traitant de bourreau d'enfant et de sadique inconscient. Je capotais de voir ce psychologue pas de tête crinquer mon père parce que je savais que je paierais pour ça... Et le con il m'a laissé repartir avec mon bourreau, sans intervenir... et j'ai mangé une criss de volée une fois rentré à la maison.

Ma deuxième psy à vie etait encore dans cet hôpital. Elle m'a suivie durant deux ans, de 19 à 21 ans. Elle a prise un congé de maternité et je me suis retrouvé avec un autre con pire que le premier. J'ai refusé de poursuivre avec lui et j'ai demandé une copie de mon dossier (en 1985) et l'hôpital a refusé de m'en donner une copie.

J'ai été en Cour et j'ai gagné, étant donné que c'est la Loi et que c'était mon droit. Ce que l'hôpital m'a donné c'était un document de 300 pages qui ne contenaient que mes états d'âme (il pleure, il est fâché, il pleure, etc... sur 300 pages). C'est totalement inutile et pas du tout aidant pour comprendre mon problème et trouver de l'aide adaptée en me permettant d'en discuter avec un nouvel intervenant. C'est juste totalement vide de sens.

Je me suis senti complètement dépassé, sans porte de sortie, sans solution... autre que de me tuer. Je me suis suicidé quelques jours plus tard, sans réussir à trouver le moindre espoir d'étre compris, entendu et aidé. Je ne suis pas né à 19 ans, je suis né à 21 ans dans l'Urgence de cet hôpital, intubé, couvert de vomis, avec plein de monde qui cours partout autour de moi, je ne me souvenais même pas de mon nom...

Je suis ce que je suis depuis ma naissance à ce moment, quand j'avais 21 ans. Je suis né le 22 mai 1985, de personne... je n'ai jamais eut de parents ni de famille. Toutes mes relations sont devenues très différentes, je n'étais plus une victime, j'étais devenu un prédateur (comme un tigre qui vit libre et solitaire dans SON monde. Il faut être con pour croire qu'on peut se permettre d'aller lui donner des coups de pieds au cul). Plus jamais moi... j'étais vraiment dangereux sauf que je n'étais plus seul, j'étais aussi sage très philosophe et calme, qui n'arrête pas de parler pour distraire le monstre. Chaque fois que je croise quelqu'un qui se donne des droits sur ma vie je capote, parce que c'est donner des coups de pieds là où il ne faut pas, il faut être con pour avoir cette prétention devant moi... je vais me battre à mort. Et je capote parce que si je bouge un doigt je suis mort, et le sage il patine et il cherche comment distraire. J'avais besoin d'aide et j'ai toujours besoin d'aide, je fatigue de le retenir... je vieillis et faiblis, mais pas lui. Il va me tuer.

J'ai chercher inutilement et dans des endroits qui ne servaient à rien devant cette problématque de l'aide thérapeutique durant 25 années, à dépenser une fortune (autour de $40 000) avant qu'une psy allume que j'étais borderline et me dise que c'est beaucoup trop heavy pour elle et qu'il serait mieux que j'ai accès à des services spécialisés. Je suis toujours avec cette psy, elle est intègre, franche, honnête et profondément humaine... en plus elle respecte ses promesses. C'est la seule personne dans le milieu que j'ai trouvé appaisante. J'ai appris mon diagnostique en 2010... mais j'ai été diagnostiqué en 1985.

Avoir compris mon problème à 21 ans, j'aurais eut une vie devant moi pour me rétablir et ressentir du bonheur. Mes 50 ans c'est pour bientôt... j'ai l'impression de m'être fait volé ma vie encore une fois. Et c'est toujours le même schéma, c'est toujours des gens qui disent faire ça pour mon bien !!!

Tu en penses quoi ?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:12 (2018)    Sujet du message: Inscription au recours résidents du Québec

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tpl borderline Index du Forum -> tpl borderline -> Recours Collectif Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather injuTraduction par : phpBB-fr.com